People Michel Galabru se confie pour la première fois sur la récente mort de sa femme Claude.

"C’est une maladie qui ne pardonne pas", explique tristement Michel Galabru dans les colonnes de Var Matin en évoquant pour la première fois la mort de son épouse Claude, récemment emportée par la maladie de Parkinson. "Ma pauvre femme est morte après une maladie atroce… […] Je ne souhaite à personne cette maladie de Parkinson."

La maladie de Claude avait été diagnostiquée il y a un bon moment, laissant sa famille s’attendre au pire : "C’est très long à se déve­lop­per, a expliqué le comé­dien. Ma femme sort un jour de chez le méde­cin. Elle était encore rela­ti­ve­ment jeune et elle m’a annoncé ça… Sur le moment, on ne voit rien d’inquié­tant. Mais on ne savait pas. On n’est pas méde­cin… Et puis quand ça commence à se déve­lop­per, c’est affreux. C’est comme Alzhei­mer. Des choses qui ne devraient pas exis­ter."

Le célèbre adjudant-chef Gerber du film Le gendarme à Saint-Tropez, qui compte continuer à monter sur scène pour ne pas trop penser à la disparition de sa femme, prend cependant les choses avec philosophie : "Que voulez-vous… Tout est programmé. Vous ne pouvez rien faire. Nous sommes prédes­ti­nés. C’est en ce sens que s’il y a un dieu, on ne peut pas dire qu’il est gentil…", déclare-t-il avant de confier que, contrairement aux années précédentes, il ne passera pas ses vacances dans sa maison fami­liale d’Avène-les-Bains : "Ma femme vient de mourir. Tout est bous­culé. Tout est changé , a-t-il expliqué. Et puis c’est trop isolé. Si vous avez un pépin de santé, le temps d’aler­ter les secours, vous êtes mort… Donc je reste sur Paris. C’est plus sûr."