People Le roi du buzz et des audiences est désormais au centre de toutes les polémiques. Qui veut sa peau ?

"Il a réussi et ça fait chier beaucoup de monde. On essaie par tous les moyens de démolir ce type. Moi aussi, j’y ai eu droit à une époque." Ce n’est pas nous qui le constatons mais bien Patrick Sébastien, ami de Cyril Hanouna, qui le déplore. Alors que le tout-puissant du Paf (selon Benjamin Castaldi) se fait bousculer de toutes parts, il continue de se taire et ne répond, une fois de plus, que par le buzz. Lundi dernier, Cyril Hanouna invitait un très demandé Gérard Depardieu sur le plateau de son Touche pas à mon poste (en guise de plateau, ô déception !, c’est à une interview potache réalisée quelques heures plus tôt qu’on a assisté). Sa force, à l’animateur-producteur ? Son assurance. Rien ne semble l’arrêter, tout glisse sur lui.

Sauf quand l’un de ses chéris chroniqueurs, celui qu’il a propulsé il y a 3 ans, Bertrand Chameroy, finit par le lâcher. C’était le 8 mars dernier et, hormis quelques malaises passagers quelques mois plus tôt, personne n’avait vu le coup de venir. Sur le plateau de TPMP, le sexy et jeune chouchou dit en direct vouloir "prendre du recul". Le moins que l’on puisse dire, c’est que le timing est alors mal choisi. Un portrait au vitriol du "tyrannique" Hanouna venait d’être dressé par le magazine Society, s’appuyant sur d’accablants témoignages masqués d’anciens collaborateurs. Cette grande cour de récré animée par Hanouna ne serait en fait qu’un enfer déguisé.

Soucieux de garder une belle image auprès de sa très large communauté de followers-fans ("ses chéris", comme il dit), l’animateur se dédouanera cette fois de toute responsabilité : "Mes chéris, je n’arrive pas à croire que vous puissiez croire que j’ai viré Bertrand alors que j’ai tout fait pour lui depuis 4 ans !" Qu’on croit ou non à sa bonne foi, l’animateur star et producteur valant 250 millions (selon un nouveau contrat qui le lie pour 5 ans au groupe Canal +) en dérange plus d’un. Des proches collaborateurs font état aujourd’hui dans la presse d’humiliations à répétition, devant et hors caméras. Pour le show, les chroniqueurs se prêteraient de bonne grâce à des pitreries abêtissantes - Matthieu Delormeau en tête, taxé d’être un souffre-douleur qui accepte jusqu’à des nouilles dans son slip -, mais en coulisses, c’est la terreur que ferait régner Hanouna, pas frileux à l’idée de "pisser" (au sens propre) dans les verres de certains collaborateurs.

Où est la vérité ? Probablement à mi-chemin. Cyril Hanouna en agace certains, à coups de plumes dans le cul trop fréquents et de léchage de bottes incessant de ses invités. Mais il n’est pas non plus le dieu cathodique que tout le monde dépeint et craint. Cyril Hanouna, c’est un ton, un humour et environ 1 million de téléspectateurs quotidiens (quelque 100.000 Belges)… On est bien loin des scores d’une grosse émission en prime-time. Le succès est là mais au détriment d’autres (que Touche pas à mon poste descend en flèche)…le retour de manivelle est donc inévitable.


Ascension lente et chute rapide ?

Insolent ce succès ? Trop soudain ? Ce serait oublier le long et douloureux parcours emprunté par Cyril Hanouna, comique raté… Quelques dates clés dans sa lente ascension et sa chute que certains espèrent.

23 septembre 1974 : naissance de parents d’origine juive tunisienne.

1993: le bac en poche (il dit avoir triché pour l’obtenir), il travaille comme animateur de centre d’un centre de loisirs juif. Il lorgne déjà la télé et s’inscrit comme candidat à des jeux comme Le juste prix.

1997: il débarque comme stagiaire sur la petite chaîne Comédie ! Quelques années plus tard, il y coprésente La grosse émission et enchaîne les petits programmes sans grand succès.

2003: il rencontre celle qui deviendra son épouse, Emilie, qui lui donnera deux enfants (Bianca et Lino). Jusqu’à ses 30 ans, il a habité chez ses parents. Sur Le divan de Marc-Olivier Fogiel, il raconte cette longue traversée du désert. "Quand on s’est connu avec ma femme, j’étais plus à la maison qu’elle. Elle, elle travaillait. Je préparais le dîner, je faisais le ménage. Elle m’a connu pas vraiment débordé, à jouer à la PlayStation toute la journée."

2012: Touche pas à mon poste, née sur France 4, débarque sur D8. Hanouna révèle alors dans la presse gagner quelque 15.000 euros net par an. Il écope aussi de la présentation de La Nouvelle star et met enfin fin à des années d’échecs d’audience. Sauf lorsqu’il anime le télécrochet karaoké The Cover

2 mars 2015 : coup de buzz ou de bluff, il postule à la présidence de France Télévisions.

Février 2016 : après un édito plutôt assassin qui lui est consacré sur France Inter (la radio qui devance dans les audiences de son rendez-vous quotidien sur Europe 1, Les pieds dans le plat), il est en Une de Charlie Hebdo, caricaturé en virus "qui rend con". Quelques jours plus tard, deux journalistes du groupe Canal affirment avoir été menacés par l’animateur après un désaccord. L’un d’eux a même porté plainte.

Mars 2016 : le magazine TéléObs accuse Hanouna de ne pas respecter ses promesses faites aux téléspectateurs. Pas d’envoi de cadeaux ni d’accompagnement lors des voyages.