People

On savait Harrison Ford pas très causant. Voire bougon lorsqu'il se retrouve devant les représentants des médias. Preuve. Pendant la promotion de "Blade Runner 2049", le sexagénaire a refusé de répondre à une simple et anodine question d'un journaliste qui voulait en savoir plus sur sa passion pour les avions.

"Je suis-là pour parler de Blade Runner et non d'avions ! Next question !" balancera-t-il sèchement au reporter stupéfait.

Par le plus grand des hasards, deux jours auparavant, un petit aéronef se crashait dans la banlieue de Glendale (Los Angeles). Aucune victime à déplorer, on vous rassure. Et pour une fois, Harry n'y était pour rien ! La star se sentait-elle visée ? Voyait-elle malice dans la question du journaliste ? Une chose est sûre, un malaise planait dans la salle de conférence de presse.

Le problème, c'est que l'acteur américain a comme qui dirait des antécédents.

Il y a deux ans, il labourait avec les hélices de son appareil vintage, le green d' un golf de la Cité des Anges. En février dernier le héros de Star wars et d'Indiana Jones faisait atterrir son appareil sur une mauvaise piste et avait même failli couper la route d'un Boeing 737. L'administration de l'aviation civile ouvrira une enquête. Dix-sept ans auparavant, en 2000, le monsieur pratiquait un atterrissage tape-fesse dans le Nebraska et en 1999, son hélicoptère s'était écrasé en pleine leçon de vol. Le plus dingue, c'est qu'on lui a confié pendant plus de 40 ans les commandes du Faucon Millenium ! On comprend mieux maintenant pourquoi Dark Vador avait un casque ! 

© REPORTERS
Sylvia Hoeks, Harrison Ford, Ryan Gosling, Ana De Armas au photocall de "Blade Runner". Mais au fait, Ryan Gosling, où est passé ton style ?