People Le rockeur inquiète de plus en plus, malgré les messages d’espoir…

"J’ai des nouvelles régulièrement. Il va très bien. Ça fait chaud au cœur de voir tant de gens qui me posent des questions. Pour ceux qui s’interrogent, mon père suit son traitement. Tout est nickel. " Au micro de FranceInfo, ce sont des propos rassurants qu’a tenus David Hallyday. Le même jour, quelques heures plus tard, le magazine VS D révélait pourtant d’autres informations, nettement plus alarmantes.

En ayant d’abord voulu tenir secret son état de santé, le Taulier avait fini par se confesser sur sa page Facebook, évoquant la présence de "cellules cancéreuses", au niveau des poumons, qu’il combattait avec force et vigueur, tel le surhomme qu’on a toujours vu en lui. Mais voilà que le magazine français révèle que des métastases ont également été détectées au niveau du foie et de l’estomac. Et qu’un deuxième protocole de soins a été mis en route, plus satisfaisant que le premier. C’est en janvier que Johnny aurait subi une première chimiothérapie, dans le très réputé - et très huppé - Cedars Sinai hôpital de Los Angeles, là-même où, en 2009, il a ressuscité après de graves complications postopératoires (en France) et un coma artificiel.

Ne nous dirait-on donc pas toute la vérité concernant l’état de santé de l’icône de la chanson française ? Tout est possible, tant les premières rumeurs sur sa santé défaillante, d’abord balayées d’un revers de la main, ont finalement été confirmées.

Mais le rockeur de 73 ans se montre plus fort et plus aimant que jamais avec ses proches. "Bravo mon amour pour ce prix Clarins. Tu es la femme de l’année et la femme de ma vie", écrivait-il à Laeticia, mercredi, sur son compte Facebook alors que cette dernière recevait une récompense. Solide comme un roc, il veut aussi l’être pour ses fans qui continuent de l’attendre de pied ferme sur scène en juin prochain avec les deux autres canailles, Mitchell et Dutronc (le 10 juin au Palais 12, à la veille de son 74e anniversaire).

Si par malheur l’état de santé de Johnny ne pouvait guère lui permettre d’assurer cette petite tournée franco-belge, toutes les précautions ont été prises. A contrario du cas Polnareff qui vaut à son producteur Coullier un sacré déficit financier, la tournée des Vieilles canailles a, elle, bel et bien été assurée. Un assureur a donc bien voulu couvrir Johnny - en toute connaissance de cause donc ? - après avoir pris connaissance de son dossier médical. Si c’était après qu’on lui a diagnostiqué ces cellules cancéreuses, c’est tout du moins encourageant. Cela supposerait que l’état de santé ne serait pas grave au point de contraindre Johnny - et son producteur - à annuler ses concerts.

© FACEBOOK