People Prochainement à l’affiche de Wonder, dans le rôle d’une mère courage, Julia Roberts a su, à 50 ans, garder sa jolie tête sur ses jolies épaules.

C’est l’une des femmes les plus puissantes d’Hollywood. Mais surtout l’une des stars les moins soporifiques du show-biz à interviewer. Anti-langue de bois, Julia Roberts est à l’affiche de Wonder. Un film émouvant qui traite d’un sujet qui nous concerne toutes et tous : le harcèlement à l’école. À 50 printemps, la Woman est toujours aussi Pretty. Sourire radieux, dents aussi étincelantes qu’une pile d’assiettes dégraissées au Paic citron, des gambettes sans un soupçon de cellulite et un grain de peau aussi fin que son esprit, : on ne pouvait que tomber sous le charme !

Le public va pouvoir vous retrouver bientôt. le rôle de la maman d’August, un petit garçon né avec une malformation du visage qui l’a empêché jusqu’à présent d’aller normalement à l’école. Vous qui êtes une maman, vous avez un conseil à donner pour éviter ce comportement ?

"Je l’ignore. Une des choses que j’aime le plus dans le livre qui a inspiré ce film, c’est qu’il ne donne pas de conseils. Il ne s’agit pas d’enseigner quelque chose, mais de donner l’exemple. Dans Wonder , je joue une mère qui parle à son enfant et de ce qu’elle ressent pour lui. Elle comprend sa souffrance. Elle comprend qu’il soit rejeté mais elle sait aussi que toute forme d’interventionnisme ne résoudrait rien. Au fond, c’est August qui va dénicher la solution. Une fois que cet enfant aura trouvé sa propre identité, il va petit à petit montrer à ses harceleurs comment ne plus se focaliser sur son apparence extérieure mais ce qu’il a dans la tête et dans le cœur !"

Si vous deviez décrire votre propre enfance ?

(...)