People Sur son huitième album, Ye, il parle de suicide, de #MeToo ou de santé mentale, et cela divise ses fans.

Depuis ses propos hallucinants sur l’esclavage ( "On entend parler de l’esclavage qui a duré 400 ans. Pendant 400 ans ? Ça ressemble à un choix" ), la cote d’impopularité de Kanye West n’a plus rien à envier à celle de Donald Trump. Et il n’est pas certain que la sortie de son huitième album, Ye , changera la donne.

Depuis vendredi, les fans se déchirent autour des paroles de ce disque. Certains l’encensent d’avoir eu le courage d’évoquer sa vie privée ou ses problèmes de santé mentale, d’autres s’affligent de son soutien à un agresseur sexuel présumé ou de la violence de certains textes.

La chanson qui suscite le plus de réactions, sans conteste, s’intitule I Thought About Killing You. Tout en précisant que "les plus belles pensées sont toujours proches des plus noires", il y déclare : "Aujourd’hui, j’ai sérieusement pensé te tuer. J’y ai songé, un meurtre prémédité. Et j’ai pensé à me suicider, et je m’aime plus que je t’aime, alors…" Tous ses admirateurs n’ont pas apprécié…

Loin de calmer l’incendie sur l’esclavage, il en ajoute une couche : "J’ai dit : ‘L’esclavage, un choix’. On m’a dit : ‘Comment, Ye ? Imaginez s’ils m’avaient pris dans un mauvais jour." Et tant pis si Kim Kardashian n’a pas apprécié. "Ma femme m’appelle en criant, me dit : ‘On va tout perdre !J’ai dû la calmer parce qu’elle ne pouvait plus respirer, je lui ai dit qu’elle pouvait me quitter maintenant, mais elle ne le voulait pas." Ce qui ne l’empêche pas de chanter qu’il pourrait "avoir Naomi Campbell" et vouloir "une Stormy Daniels".

Sur cet album, il prie aussi pour Russell Simmons, accusé d’agression sexuelle (Yikes), et considère que sa bipolarité fait de lui un super-héros. Que penser de tout ça ? Une chose est sûre, il n’a plus rien à apprendre dans l’art de la polémique.