People

L’animateur de Bel RTL vit désormais en France, où il anime La tête dans le culte , la matinale de Oui FM, la radio d’Arthur

PARIS S’il continue tous les week-ends Bel RTL Comédie en Belgique, en semaine c’est en France que Fabrice Brouwers exerce désormais ses talents d’animateur. Plus exactement sur Oui FM, où il réveille les auditeurs avec la tranche matinale 6 h – 10 h baptisée avec beaucoup d’humour La tête dans le culte . Une nouvelle étape dans une carrière déjà riche. Et qui implique pas mal d’allers-retours entre Bruxelles et Paris…

Comment vous êtes-vous retrouvé sur Oui FM ?

“Par une succession d’événements, de rencontres, de discussions. Il y a tout d’abord mon ami Bob Bellanca, qui jouait le directeur de l’hôtel dans la minisérie humoristique Pas sortis de l’auberge que j’avais produite, qui est animateur l’après-midi sur cette station. Il a été le premier à me dire que j’y aurais ma place. Par la suite, j’ai interviewé Arthur et, à la fin de l’entretien, il m’a dit qu’il avait besoin de gens comme moi pour sa radio ! J’ai pris ça comme un signal. J’ai été voir la directrice des programmes de Oui FM et j’ai rapidement enregistré des maquettes d’émissions. J’étais en concurrence avec d’autres animateurs et, début juillet, j’ai été choisi pour animer la matinale.”

À quoi ressemble ce morning ?

“Oui FM est avant tout une radio musicale rock. La priorité est donnée à la musique. Mon rôle est de ponctuer l’émission d’interventions que j’espère drôles et sympathiques, avec notamment un faux journal parlé, des jeux au second degré. J’essaye d’apporter de la bonne humeur.”

Que pense Arthur de vos prestations ?

“Dès le premier jour, il m’a appelé en me disant qu’il était très agréablement surpris pour une première. Je n’ai pas de contacts réguliers avec lui, c’est un patron qui fait entièrement confiance à ses équipes. Mais il est attentif à ce qu’on fait. Je sais qu’il écoute pratiquement tous les jours les programmes. Les résultats sont en tout cas très bons, puisque, depuis mon arrivée, l’audience a grimpé de 8 %.”

C’est très différent de travailler sur Bel RTL et Oui FM ?

“Effectivement. Oui FM est une radio encore en développement. Mais ça a sa saveur. On doit faire preuve d’encore davantage d’énergie, de débrouille. Je gère mon émission et mon équipe. J’ai vraiment carte blanche, comme sur Bel RTL, d’ailleurs.”

On imagine qu’en animant la tranche matinale, vous êtes obligé de passer la semaine à Paris…

“Oui. Mais je vivais déjà en partie à Paris. J’y suis désormais du lundi au vendredi. Mais je rentre 3 après-midi par semaine en Belgique, notamment pour préparer et enregistrer Bel RTL Comédie, et je passe toujours mes week-ends dans notre pays. J’ai besoin de voir mes amis, ma famille, mes enfants. Et puis, Paris est bien sûr une ville magnifique et passionnante mais elle est aussi une ville dure, agressive, avec une tension permanente. On a un confort de vie extraordinaire en Belgique que je ne veux pas perdre.”

C’est quoi votre vie à Paris ?

“Beaucoup le boulot. Je me lève tous les jours à 4 h 30. Je fais une petite sieste l’après-midi. J’essaie d’aller à un maximum de spectacles. Et puis je vois mes amis. J’en avais déjà pas mal à Paris dans le milieu musical et celui de l’humour avant d’arriver sur Oui FM.”

Parallèlement, vous l’évoquiez, vous continuez Bel RTL Comédie chez nous…

“Oui, j’adore faire ces deux émissions, celle du samedi, où j’interviewe un invité, et celle du dimanche, avec toute la bande. Qui plus est, le fait de faire 4 h de direct tous les matins en France me rend encore plus efficace sur Bel RTL. J’arrive aux enregistrements plus affûté, avec des sujets plus préparés.”

Vous avez d’autres projets ?

“J’ai 1.000 idées, beaucoup de possibilités, mais pour l’instant je me concentre sur ce que je fais, tant sur Bel RTL qu’en France. C’est déjà pas mal !”



© La Dernière Heure 2012