People

Le monde découvrait les mensurations affriolantes (85-61-87) de l'atomique Emily Ratajkowski l'année dernière. Un mètre 71 de pur sex-appeal qui ferait croire au divin et qui se trémoussait bon train dans le clip de "Blurred Lines" aux côtés de Robin Thicke. 

Depuis les courbes vertigineuses de ce mannequin anglo-américain – née en 1991 d'un père polonais et d'une mère israëlienne – ont fait le tour du monde et la brunette pulpeuse s'est peu à peu fait un nom. Elle l'inscrira en effet au casting de "Gone Girl", prochain long-métrage du maître david Fincher dont la sortie est prévue à l'automne. En attendant, Emily continuera d'entretenir le buzz, comme elle l'a fait lors des soirées d'après Super-Bowl le week-end dernier. 

Entre deux déhanchements crapuleux, la belle aurait en effet laissé entendre qu'elle était à nouveau célibataire, car séparée depuis peu du journaliste-mode Andrew Dryden qui avait jusque-là le bonheur de profiter de ses faveurs. Dans un cas comme celui-ci, inutile de conclure par un laconique «avis aux amateurs».