People C’est donc logiquement devant la butte du Lion que nous avons rencontré Maureen Louys et Jean-Louis Lahaye, toujours heureux de se retrouver. 

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que les complices Jean-Louis Lahaye et Maureen Louys commenteront une nouvelle fois depuis la Belgique, la finale du Concours Eurovision de la chanson, qui fête ses 61 ans cette année. Cette édition est d’ailleurs particulière puisqu’elle se déroulera en Suède, pays qui avait également remporté l’Eurovision 1974 grâce à Waterloo, la chanson mythique du groupe ABBA. "C’est un peu devenu l’hymne de l’Eurovision", explique Jean-Louis Lahaye qui est devenu incollable sur le concours qu’il regardait déjà tout petit. 

"À l’époque, c’était devenu une sorte de rendez-vous familial", ajoute celui qui a prêté sa voix à un documentaire sur les 60 ans de l’Eurovision diffusé sur France Télévisions et sur la RTBF. Maureen Louys, par contre, avoue qu’à l’époque, elle regardait l’émission avec ses amis , comme si ell e "suivait la Star Academy" : "À l’époque, on regardait ça pour rire. Mais bon, il y a plusieurs lectures. L’Eurovision reste un grand divertissement familial et, même si je ne présentais pas le concours sur la RTBF, je regarderais quand même car j’ai toujours aimé les grands shows." L’animatrice, qui a reçu le disque J’aime la vie de Sandra Kim pour sa première communion se souvient d’ailleurs d’un titre qu’elle chantait à tue-tête étant plus petite : le tube de Sophie et Magaly, Papa Pingouin ! "J’adorais cette chanson", lance Maureen Louys qui, par quelques pas de danse, nous a prouvé qu’elle se souvenait encore de la chorégraphie du morceau phare du Luxembourg.

Depuis quelques années, le Concours Eurovision de la Chanson attire d’ailleurs de plus en plus les téléspectateurs belges. Un intérêt croissant que le présentateur de Sur les traces de tente d’expliquer : "Pendant un moment, l’Eurovision est devenu un concours un peu ringard, moins de personnes suivaient la finale. Mais, ces derniers temps, il y a un regain pour les concours de chant, comme The Voice , par exemple." Une explication partagée par Maureen Louys : "Beaucoup de candidats de l’Eurovision sont d’ailleurs issus de concours du genre. L’un nourrit l’autre et ça fait du bien au concours. "

Laura Tesoro, représentante anversoise de la Belgique cette année, marquera-t-elle cette édition ? Les animateurs semblent en tout cas confiants : "On ne l’entend pas assez en Belgique et c’est dommage. Je trouve que le titre est canon et qu’on a une chouette place en finale à défendre", confie Jean-Louis Lahaye qui, tout comme son acolyte, rempilerait avec joie pour une nouvelle saison à la présentation de l’Eurovision. "Ça fait partie des émissions que je préfère présenter à la RTBF parce que le show me plaît mais également parce que que je la présente avec Jean-Louis", explique Maureen Louys lançant un regard complice à son camarade.