People «Les Juifs sont responsables de toutes les guerres dans le monde » aurait notamment lancé Gibson

LOS ANGELES Arrêté pour conduite en état d’ivresse, mis en cause pour de présumés propos antisémites, Mel Gibson, l’un des acteurs les plus célèbres de sa génération, a vécu un week-end de cauchemar médiatique et risque de voir son image durablement écornée.

«Mel Gibson a déjà passé de meilleurs week-ends », titrait ironiquement lundi matin le bloc-notes en ligne «Defamer.com », qui scrute les turpitudes des riches et célèbres des stars de la région de Los Angeles.

Tout commence dans la nuit de jeudi à vendredi. Gibson est arrêté au volant de sa voiture alors qu’il roule à 140 km/h, 75 km/h de plus que la vitesse autorisée, à Malibu, la ville côtière où il habite à 25 km de Los Angeles.

L’éthylotest détermine que la star des trois «Mad Max » et quatre «Arme fatale » présente un taux d’alcool dans le sang une fois et demie supérieur à la limite légale. Il est conduit au poste et relâché cinq heures plus tard contre une caution de 5.000 dollars. Son dossier est transmis au parquet.

Mais l’affaire se corse pour celui que le magazine Forbes a élu «La célébrité la plus influente de l’année » en 2004 grâce à son film «La Passion du Christ ». Le site internet «tmz.com », qui avait en premier annoncé son arrestation, affirme que Gibson a proféré des propos antisémites face à la police.

«Les Juifs sont responsables de toutes les guerres dans le monde » aurait notamment lancé Gibson. Selon la même source, l’acteur aurait aussi pris les policiers de haut en leur promettant «un chien de sa chienne » et insulté une policière en lui adressant des remarques déplacées sur son anatomie. La police n’a confirmé la tenue d’aucune de ces assertions.

De son côté, Gibson a tenté de limiter les dégâts en s’excusant platement.
«J’ai agi comme une personne ayant perdu tout contrôle et j’ai dit des choses que je ne crois pas et qui sont méprisables », a-t-il notamment affirmé dans un communiqué diffusé samedi.

«J’ai lutté pendant toute ma vie d’adulte contre l’alcoolisme et je regrette profondément ma rechute », a poursuivi le quinquagénaire, père de sept enfants.

Mais le mal est fait: des organisations juives américaines se saisissent de l’affaire, d’autant plus rapidement que «La passion du Christ », fondée sur une interprétation littérale de la Bible, avait déjà soulevé leurs protestations pour des références considérées comme antisémites.

«Les excuses de Mel Gibson sont sans remords et ne suffisent pas », affirme le président de la «Ligue anti-diffamation » (ADL), Abraham Foxman. «Ses déclarations révèlent finalement qui il est et montrent que les protestations de sa bonne foi lors du débat sur le film +La Passion du Christ+ n’étaient qu’un mensonge », ajoute-t-il.

«Nous espérons que les responsables de Hollywood vont désormais (...) prendre leurs distances avec cet antisémite », conclut le dirigeant de l’ADL.

Et «tmz.com » d’enfoncer le clou en affirmant que Gibson a été arrêté à deux reprises ces deux dernières années en excès de vitesse à Malibu, mais que les policiers l’ont laissé repartir.

Mel Gibson, fort de ses deux Oscars pour «Braveheart » et des 611 millions de dollars de recettes mondiales de «La Passion », présentait l’une des plus belles cartes de visite de Hollywood. Mais alors que son prochain film en tant que réalisateur, «Apocalypto », est attendu en décembre, son image risque de ne pas sortir intacte de la tourmente actuelle.

Dans un éditorial du puissant journal de Hollywood, Variety, le producteur Peter Bart affirme lundi que la «chute (de Gibson) va être vertigineuse. Les critiques vont l’assassiner, une partie du public va snober son travail. Sa crédibilité en tant que réalisateur est gravement compromise ».