People

L'actrice devenue duchesse y a toujours été très attachée.


« C'est quelque chose pour lequel du sang, des larmes et de la sueur ont été versés », déclarait Meghan Markle à propos du droit de vote en novembre 2016. Retenue à Toronto pour le tournage de sa série Suits, elle enjoignait « les chanceux » à s'exprimer dans les urnes. Alors que les élections de mi-mandat avaient lieu aux Etats-Unis, on imagine que cette future maman féministe et engagée aurait aimé y participer. Quitte à contourner le protocole ?

Quid du protocole ?

À l'heure actuelle la duchesse de Sussex est toujours citoyenne de Los Angeles, ville où elle est née le 4 août 1981. Parfaitement intégrée à la famille royale d'Harry, elle n'est pas Britannique pour autant. Cette transition lui laissait donc l'occasion de voter. Interrogé par le magazine People, Kensington Palace a lâché un simple « no comment » qui laisse planer le doute. Ce qui est sûr, c'est qu'Elizabeth II a toujours prôné une neutralité politique absolue, rappelle Marie Claire UK. Pas question « de voter ou d'être candidat » nous dit même le protocole en vigueur. Récemment, Meghan Markle a de nouveau eu l'occasion de rappeler son attachement à ce droit. « Le suffrage ne concerne pas simplement le droit de vote, mais aussi ce qu'il représente: le droit humain basique et fondamental de pouvoir participer aux choix qui s'offrent à vous et à votre communauté », a déclaré lors de la tournée (très) réussie du couple en Nouvelle-Zélande. On l'imagine donc mal s'en être privée...