People

Les Miss le savaient, le temps a défilé à toute vitesse pour elles lors de l’élection de Miss Belgique. Elles n’auront droit qu’à un passage devant un jury notamment composé du photographe Daniel Dedave, de la superbe Marine Lorphelin et Ingrid Seynhaeve (top model belge à New York) avant les premières éliminations.

Le jury est chapeauté par une Darline Devos, présidente du comité Miss Belgique, toute de rose vêtue et qui a droit à un tiers des voix à elle seule (un autre tiers revient au jury et le reste, tout de même, au vote du public).

Après vingt-cinq minutes seulement, six des Miss devaient déjà s’en aller. Emilie Hendrickx (Miss Charity), Catherine Haduca (Beach Babe), Cindy Sabbe (Miss Social Media), Maïté Royer (Miss Sportive), Maureen Caltagirone (Miss Talent) et Lotte Feyen (Miss photogénie) étaient qualifiées d’office pour s’être distinguée lors de différentes disciplines.

Quant aux autres, elles attendaient le verdict des présentateurs. Qui ont failli oublier une demoiselle au passage. On a frisé la crise cardiaque !

Après un rapide défilé en bikini (heureusement, il y en aura un autre, nous promet-on). Veronique De Kock, décidément peu inspirée, réalisait sa deuxième boulette de la soirée. Après avoir oublié une demoiselle, elle annonçait à la pauvre Hajer Godefroot qualifiée… avant de se rétracter. "Ah non, désolée, tu es éliminée."

On imagine la déception de la demoiselle ! Pour noyer le poisson (mais trop tard), on enchaînait avec les autres éliminations. Et, visiblement, certaines ne s’attendaient pas à partir si tôt. Évidemment, quand on déclare qu’on vise le podium et qu’on part avant le top…

Après le passage de la star du Gangnam Style, pas l’original mais le gamin de cinq ans qui a fait le buzz sur Youtube et présenté comme une grande star, on assistait à la traditionnelle séance de questions réponses sur la Belgique. Elle a permis aux plus calés de ricaner gentiment. Mais on peut tous se tromper, non ? Peut-être pas en répondant que la Première Guerre mondiale a commencé il y a dix ans, cela dit (n’est ce pas, Cindy Sabbe ?). Noémie Happart, en robe rose bonbon, venait ensuite se rappeler avec émotion- dans les deux langues- de son année de Miss Belgique.

Sans grande surprise, les six finalistes étaient donc Lotte Feyen, Laura Antonacci, Laura Charlier, Anissa Blondin, Sarah Van Elst et Laurence Langen. Deux francophones pour quatre néerlandophones- dont trois Limbourgeoises (mais Sarah Van Elst, comptée parmi les néerlandophones, est bilingue et a été élevée en français), donc.

Quelque soit leur langue, le choix risque d’être compliqué… Pour un peu meubler (il faut bien), Patrick Ridremont demande à Marine Lorphelin la différence entre le concours Miss Belgique et celui de Miss France. Réponse ? "En France, c’est le public qui choisit la gagnante." Pas faux…

Si Laura Antonnaci décroche le titre de Miss Sympathie, elle n’est finalement pas sur le podium. Laura Charlier est deuxième dauphine tandis qu’Anissa Blondin se classe première dauphine. C’est Laurence Langen, favorite de Darline Devos, qui l’emporte. La demoiselle de 19 ans, deuxième dauphine lors de l’élection de Miss Limbourgde, est originaire de Genk (Limbourg) et étudie le droit à Bruxelles bien qu’elle vive en kot à Louvain. Elle parle bien le français puisqu’elle l’a appris lors de ses études secondaires et qu’elle le pratique régulièrement à Bruxelles. Elle a également assuré lors des séances de photos, ce qui n’est jamais négligeable pour une Miss (sponsors obligent). Une bonne Miss ? On le découvrira très bientôt…

L. V.