People

Il vient de décrocher un nouveau disque d’or en Belgique, quelques jours après en avoir obtenu un en France pour son dernier album, Amor Latino. Même s’il est habitué au succès depuis plus de 40 ans, Frédéric François reste un éternel angoissé. À chaque sortie d’album, les mêmes interrogations, les mêmes doutes, nous confiait-il récemment. À chaque fois, il veut se "remettre en question".

Fredo (comme beaucoup le surnomment) n’essaie pas d’être un autre, de s’inventer un genre, nous dit-il chaleureusement. "Je n’essaie pas d’être à la mode, j’essaie simplement de transcrire mes émotions en musique. Et je me dis tout le temps : à la grâce de Dieu. Est-ce que ça va leur plaire ou non ? Je suis angoissé de savoir si ça va plaire. Je me demande de quel côté je vais tomber à la sortie du disque : à gauche ou à droite ? Ou je vais rester sur le fil ? Pendant des mois, j’écris, je suis en studio, je donne le meilleur de moi-même et j’ai ensuite un examen, appelons ça un examen (il sourit) , à passer. Mon disque va-t-il passer en radio ? Les gens vont-ils l’aimer ? J’ai envie de toujours donner plus aux gens." Qui le lui rendent (toujours) bien, visiblement, puisque Amor Latino se vend depuis plusieurs semaines comme des petits pains.

Frédéric François n’est pas un doux rêveur. Mais plutôt quelqu’un de réfléchi. Même lorsqu’il s’agit d’accomplir sa destinée… "Je ne sais pas si j’ai réalisé tous mes rêves. Mais en tout cas un important, ça oui ! Pour avoir d’autres rêves, il faut que je m’intéresse. Toujours les pieds sur terre. Je veux faire du cinéma ? O.K., mais d’abord, est-ce que je suis préparé ? Est-ce que je le veux vraiment ? Tu veux chanter avec quelqu’un ? O.K., est-ce que ça correspond ? Est-ce que cet artiste est dans la même maison de disques que toi ? Je vais loin, je sais, mais je pense à tout ça ! (rires) "

Justement, si Frédéric devait, aujourd’hui, choisir un autre artiste pour chanter en duo à ses côtés, quel serait-il ? "Quel artiste correspondrait à mon style ? C’est difficile. Pour un duo, si on devait sublimer les couleurs d’ Amor Latino , ça ne pourrait être qu’avec quelqu’un qui a une couleur latino. Et la seule qui correspond à cela et chante en français, dans la même maison de disques que moi, c’est Shakira ! Il faut encore écrire la chanson et faire les démarches. Mais oui, ce serait extraordinaire ! Les styles pourraient se marier. Mais si ça ne se fait pas, ce n’est pas grave. Il ne faut pas trop rêver."

Frédéric François n’encourage d’ailleurs pas les jeunes chanteurs à se bercer de douces illusions. "Les chanteurs de télé-crochet reproduisent des chansons. Les artistes originaux ont déjà donné l’émotion de la chanson. C’est donc plus facile. Mais je ne dis pas qu’ils n’ont pas de belles voix, certains ont des voix extraordinaires ! Mais ça va très vite. Ils sont inconnus et vroum ! ils se retrouvent en tête d’affiche. Et après ? Avant on était dans des orchestres, dans des bals. On construisait. Le danger d’aujourd’hui, c’est celui des chiffres que l’industrie veut faire. Ma chance, je pense, c’est d’avoir créé ma couleur. Génétiquement, ma musique, c’est moi." Une leçon de sagesse à méditer…