People

Il est loin le temps où la princesse Stéphanie de Monaco défrayait la chronique avec ses amours tumultueux. Depuis plusieurs années déjà, la fille cadette du prince Rainier et de la princesse Grace, aujourd’hui âgée de 47 ans, mène une vie centrée sur ses enfants et sur des engagements qui lui tiennent à cœur.

Stéphanie de Monaco a grandi sous le feu des projecteurs. Très protégée par ses parents dont on dit qu’elle était la petite préférée, elle est aux côtés de la princesse Grace lorsque la tragédie survient.

En septembre 1982 , au retour du domaine familial de Roc Agel, Grace perd le contrôle du véhicule qui s’écrase plusieurs mètres plus bas dans un ravin. La princesse y laissera la vie.

Grièvement blessée, Stéphanie n’assiste pas aux funérailles. Cette disparition marquera à jamais la jeune femme qui fut accusée à tort d’être la conductrice.

Stéphanie va alors mener une vie mouvementée entre Monaco, Paris et Los Angeles. Elle aura des relations amoureuses successives avec Paul Belmondo, Anthony Delon, des musiciens, patron de discothèque… Parallèlement, elle mène une carrière professionnelle à succès. Elle effectue un stage de styliste chez Dior et dessine des maillots. Elle connaît aussi la consécration musicale avec son tube Ouragan.

En 1990, elle annonce ses fiançailles officielles avec l’homme d’affaires Jean-Yves Lefur, très apprécié du prince Rainier. Mais la relation se brise avant le mariage.

Stéphanie sera très proche de ses neveux Andrea, Charlotte et Pierre après le décès accidentel de leur père Stefano Casiraghi.

La route de la princesse croise ensuite celle de Daniel Ducruet qui fut garde du corps de la famille Grimaldi.

Le prince Rainier ne veut pas en entendre parler. Les relations familiales se dégraderont fortement.

Deux enfants naissent pourtant : Louis en 1992 et Pauline en 1994. Voyant sa fille assagie et heureuse, Rainier consent au mariage civil en 1995. Un an plus tard, c’est l’inévitable divorce après que des photos de Ducruet en galante compagnie au bord d’une piscine, aient été largement diffusées. Les ex-époux conserveront toutefois une très grande amitié.

En 1998, Stéphanie donne naissance à Camille, née de sa relation avec Jean-Raymond Gottlieb, un policier monégasque dont elle s’est entre-temps séparée.

La princesse va alors vivre plusieurs relations, dont une avec le directeur du cirque Knie, s’installant avec ses enfants en Suisse et partageant la vie des gens du cirque.

Elle se remarie avec l’acrobate Adan Lopez mais l’union ne dure que quelques mois.

Stéphanie s’établit ensuite à la montagne à Auron. On la voit donner un coup de main en toute simplicité à une amie qui tient un restaurant.

La princesse aime cette vie simple, entourée de “vrais gens” comme elle les définit, loin du strass et des paillettes de Monaco. Le décès de son père len 2005 sera un moment très douloureux. Il avait toujours été son tendre protecteur.

Stéphanie décide alors de revenir s’installer avec ses enfants en Principauté et seconder son frère Albert. Depuis, elle est la dynamique présidente de Fight Aids Monaco. C’est sous son impulsion que la Maison de la Vie a vu le jour à Carpentras. Un lieu où les personnes souffrant du virus du sida peuvent venir se reposer et séjourner pour se ressourcer. Elle a aussi repris la présidence d’honneur du Festival international du cirque de Monte-Carlo.

En 2006, elle fut nommée représentante spéciale de l’OnuSida. Cet été, deux éléphants d’un zoo de Lyon, suspectés d’avoir la tuberculose, ont eu la vie sauve grâce à Stéphanie qui les a accueillis au domaine familial de Roc Agel.

Stéphanie entretient aujourd’hui des relations très proches avec sa sœur Caroline tout comme avec sa belle-sœur Charlène. Elle se décrit comme très fusionnelle avec ses trois enfants qui sont sa grande fierté.

Elle était au premier rang la 31 août pour assister au mariage de son neveu et filleul Andrea Casiraghi avec Tatiana Santo Domingo au Palais princier.

Écorchée vive au sortir de l’adolescence par la mort de sa mère, Stéphanie de Monaco a à présent trouvé cette sérénité qu’elle avait tant recherchée.