People

La pop-star américaine Taylor Swift, qui poursuit un DJ qu'elle accuse de lui avoir attrapé les fesses lors d'une séance photo, assiste cette semaine à son procès à Denver dans le Colorado (ouest).

Le procès s'est ouvert lundi avec la sélection de 8 jurés, en présence de la chanteuse, a confirmé un employé du tribunal à l'AFP. Selon des médias locaux, elle était assise dans la salle d'audience aux côtés de son équipe d'avocats, portant une chemise claire et un blazer sombre.

La justice avait enjoint toutes les parties à être présentes pendant la totalité du procès, prévu pour durer neuf jours.

Les déclarations liminaires sont attendues à partir de mardi.

L'entourage de la chanteuse avait accusé le DJ David Mueller de lui avoir attrapé les fesses sous sa robe lors d'une brève séance photo le 2 juin 2013 avant un concert. L'animateur, qui nie fermement ces accusations, a été limogé deux jours plus tard par la radio qui l'employait à Denver.

Il a poursuivi la chanteuse en septembre 2015, affirmant qu'elle aurait dû appeler la police plutôt que ses patrons et qu'elle avait causé la perte de son emploi et de sources de revenus associées.

D'après sa plainte, les managers de l'artiste avaient appelé les responsables de la radio pour réclamer son éviction au lendemain de la rencontre.

Il a dit être au courant d'un incident mais accusé l'un de ses amis --qui l'avait invité à rencontrer la chanteuse, alors âgée de 23 ans-- d'avoir eu ce geste déplacé et de s'en être vanté.

La superstar a contre-attaqué, poursuivant M. Mueller en octobre 2015 pour agression sexuelle. Sa plainte souligne qu'elle a "été forcée de commencer un concert d'une heure devant 13.000 fans en étant encore en détresse après avoir été touchée de façon si inappropriée".

L'un des éléments clé devrait être l'examen par le jury d'une photo publiée par le site d'informations sur les célébrités TMZ, placée sous scellé depuis: on y voit la musicienne poser entre M. Mueller et sa petite-amie. La main du DJ est au niveau du postérieur de la pop-star, sans qu'il soit évident qu'elle le touche.

Lors de la sélection du jury lundi, les potentiels jurés devaient déclarer s'ils avaient vu la fameuse photo, ou décrire leur opinion de David Mueller et de Taylor Swift, entre autres questions.

L'auteure de tubes comme "Shake it off" ou "Bad Blood" ne demande qu'un dollar symbolique et affirme qu'un verdict en sa faveur servirait d'exemple aux autres femmes qui pourraient craindre de poursuivre en justice pour de similaires agressions.

La lauréate de 10 Grammys soutient aussi avoir participé à des milliers d'événements similaires où elle pose avec des personnalités, et qu'elle n'a été touchée qu'une fois de manière indécente, "par Mueller".