People

L’animatrice, déjà maman d’un petit Gatien, se confie dans Paris Match

BRUXELLES Alors qu’elle a attendu des années avant de connaître enfin la joie d’être maman, Armelle semble désormais rattraper le temps perdu. Un an et demi après avoir donné le jour à son premier enfant, l’animatrice (devenue comtesse depuis son mariage) attend à nouveau un heureux événement. À tout juste 40 ans (elle les a fêtés le 29 janvier dernier), elle s’apprête à voir sa famille s’agrandir.

“Je n’arrive pas encore tout à fait à me faire à l’idée que nous serons bientôt quatre” , confie-t-elle à nos confrères de Paris Match . “Je me suis tellement longtemps empêchée de rêver à un premier enfant, ne sachant pas ce que la vie me réservait, qu’un deuxième, c’est un peu irréel. C’est inespéré.”

Pour l’heure, Armelle et son mari gardent le secret sur le sexe du bébé, attendu pour le début du mois de juillet. Ce nouveau bonheur est, en tout cas, une belle revanche sur la vie, qui ne lui a pas toujours fait de cadeaux. “Oui, je vis des jours heureux. J’ai un mari que j’adore, un fils qui me fait rire chaque jour, un deuxième enfant qui arrive et je vis dans un cadre magique.”

Mais ça ne l’empêche pas de révéler dans l’interview qu’elle a suivi quinze ans de thérapie. Et de revenir, en des mots forts, sur les années où elle n’arrivait pas à avoir de bébé. “Par rapport aux blessures liées à la maternité, j’ai détesté les femmes qui prônent haut et fort les vertus d’être mère comme si c’était l’unique façon d’être heureuse. Elles m’ont empêchée de vivre sereine mes dix ans sans bébé. Aujourd’hui, alors que je suis maman, quel regret j’ai de n’avoir pas vécu pleinement et dans l’apaisement ces années de liberté. Car être maman, c’est aussi des contraintes, beaucoup de fatigue, une liberté qui disparaît, un temps pour soi qui diminue, des jours où l’on n’en peut plus du désordre, des cris et du linge qui s’accumule. Les femmes ne parlent jamais de cela, elles restent vissées à l’image de la mère parfaite.”

Des contraintes qui ne l’empêchent pas pour autant d’être la plus comblée des mamans. “La maternité m’a apporté un apaisement, un bonheur indescriptible. Gatien me donne l’impression que tout est à écrire.”

De quoi balayer les années sombres. “Je crois que j’aime férocement la vie. Elle m’amuse, même dans les pires moments. ” Une philosophie à méditer…



© La Dernière Heure 2012