People

Mannequin, muse, chanteuse ou actrice, la Française conjugue tous les talents. Elle revient aujourd'hui sur le grand écran avec le film Chien, réalisé par son compagnon Samuel Benchetrit.


À 45 ans, Vanessa Paradis a déjà une carrière d'une richesse inouïe. Délicate, mystérieuse et d'un charme fou, Vanessa Paradis a toujours su garder une place particulière dans le coeur du public. À l'occasion de la sortie de son nouveau film Chien, Grazia est allé à sa rencontre et a récolté quelques confidences.

Sur sa personnalité discrète

"En tout cas, ce n'est pas du tout pour cultiver le mystère ou par envie de rester lointaine, sur une certaine réserve, absolument pas", dit-elle avec pudeur. "Il y a d'abord la rigueur des choix, qui est accentuée par le fait que j'ai un autre métier. Mais il y a aussi le fait que, justement, ce ne sont pas que des métiers, ce n'est pas que du travail. Chanter, jouer, c'est être envahi par quelque chose, c'est renouer avec les pures sensations de l'enfance, lorsqu'on fait les choses avec tout son être, tout son corps, tout son coeur et toute sa tête ! Et donc je me donne peu souvent, peut-être, mais je me donne entièrement et j'ai conscience que c'est un très grand luxe de pouvoir vivre et travailler comme ça."

Sur son charisme

"Si vous parlez de photogénie, j'ai toujours pensé que ce n'était pas une qualité. Vous avez raison, c'est une propriété, comme en chimie : une question de réaction à la lumière. Mais c'est une propriété que tout le monde n'a pas. C'est une chance aussi. La chance, pour moi, c'est plutôt le fait de travailler avec des gens fabuleux. La chance de vivre des choses exceptionnelles depuis trente ans que je fais ce métier", avoue-t-elle au magazine.

© Vanessa Paradis et Samuel Benchetrit à Paris le 5 mars 2018. - REPORTERS

Sur le rôle qu'elle aimerait absolument jouer

"Une héroïne de comédie musicale", dit-elle sans hésiter. "Je me sens prête à en jouer une aujourd'hui encore, et même j'adorerais ça, mais j'aurais énormément aimé le faire avec cette énergie particulière du corps lorsqu'on a 20 ans".

Sur la vieillesse

"Je veux pouvoir marcher jusqu'au bout, je veux voir et entendre, je veux vivre et bouger. Pour relativiser ces choses-là, je me projette un peu et je me pose la question : qu'est-ce qui a vraiment de l'importance dans ma vie et qui comptera toujours ?"

Sur les conséquences de l'affaire Weinstein

"Les langues se libèrent et c'est tant mieux, bien sûr ! Mais comment, moi, ne pas dire des choses démago ou détestables, ou banales ? Je ne peux pas parler à demi-mot de ces choses". Le sujet lui tient pourtant à coeur. "Dès que j'y songe sérieusement, j'ai très vite envie de tout dégommer et de rappeler le sort des femmes depuis toujours, et jusqu'à aujourd'hui, dans les guerres, en Syrie et ailleurs... Les moyens de persécution deviennent toujours plus sophistiqués et les choses s'aggravent et... Vous voyez, je m'emballe... Et en plus je ne finis plus mes phrases !"