People

Interrogée sur l’affaire Weinstein à la télévision américaine, l’actrice d’Alerte à Malibu a donné ses conseils pour se protéger à Hollywood lorsqu’on est une femme.


Elle a été le sex-symbol incontournable des années 1990, faisant même la couverture de Playboy 14 fois. Constamment sous le feu des projecteurs, elle est parvenue à éviter les prédateurs. Abusée sexuellement dans sa jeunesse, Pamela Anderson a vite tiré les leçons de ce traumatisme. Elle arrivée est à Hollywood bien décidée à ne pas se laisser faire. C’est ce qu’elle explique lors d’une interview donnée à l’émission américaine « TODAY » le 30 novembre dernier.

Faire preuve de « bon sens »

« J'ai appris à ne plus jamais me mettre dans ce genre de situa­tion. Quand je suis arri­vée à Holly­wood, j'ai eu beau­coup d'offres. Des audi­tions privées, des choses qui n'avaient pas de sens ». L’actrice précise que, pour elle, il s’agit « juste de bon sens ». Mais si elle sait que Hollywood, avec ses strass et ses paillettes, peut faire tourner bien des têtes, ce n'est pas une raison pour perdre tout sens des réalités. « N'allez jamais dans une chambre d'hôtel seule. Si quelqu'un ouvre la porte habillé d'un peignoir, partez », explique-t-elle à la présentatrice Magyn Kelly.


La rencontre avec Harvey Weinstein

« C'était une chose que tout le monde savait », dit-elle à propos de l’ogre hollywoodien. Pamela Anderson a croisé sa route pendant le tournage d’un film dont « elle se souvient à peine ». « Certains produc­teurs et certaines personnes à Holly­wood sont des gens à éviter en privé. Vous savez ce qui va vous arri­ver si vous allez dans une chambre d'hôtel, seule », dit-elle encore.

Avis tranché et polémique

En s’exprimant ainsi Pamela Anderson aurait heurté la sensibilité de certains. Son franc-parler n’est pas passé. Contactée par TMZ, elle a réaffirmé ses propos tout en précisant qu’elle n’accusait pas les femmes victimes d’agression sexuelle. « On ne me forcera pas à m'excuser », a-t-elle lâché au site américain. Harvey Weinstein ? « C’est un porc sexiste et une brute », a ajouté Anderson, droite dans ses bottes.