People L'édition britannique de Vogue a dévoilé la couverture de son numéro d'octobre. Sur celle-ci, on peut voir Victoria Beckham entourée de ses quatre enfants Harper (7 ans), Romeo (16 ans), Brooklyn (19 ans), Cruz (13 ans) et de son chien, Olive.

L'occasion pour l'ex-Spice Girl de revenir sur les 10 ans de sa ligne de vêtements et sur ses 20 ans de relation avec son mari David.


Un business woman au sens du style redoutable

Lorsqu'elle se lance dans la mode, en 2008, Victoria Beckham est à la tête d'un petit pactole qui l'aide à débuter comme il se doit. En effet, la jeune femme sort tout juste d'une carrière tonitruante avec les Spice Girls et plus décevante en solo. Durant ses années de gloire, elle a plusieurs fois côtoyé le monde du mannequinat, en posant pour des magazines, en devenant l'égérie de grandes marques comme Dolce & Gabbana et en défilant. Ces expériences la poussent à, elle aussi, tenter sa chance comme styliste. D'autant qu'elle a déjà créé des vêtements auparavant, notamment pour Rock and Republic sous le nom "VB Rocks".

© reporters
En pleine promo de sa collection "VB Rocks".

D'un amour pour les lunettes de soleil à une collection complète

En 2007, elle lance donc sa propre collection de denim et de lunettes de soleil à New York sous le nom dvb. En 2008, lors d'une présentation officielle de sa collection à Düsseldorf, elle demandera à plusieurs stars faisant partie de ses connaissances de venir l'encourager. Posh s'est en effet fait beaucoup d'amis au fil du temps, que ce soit parmi les stylistes renommés ou parmi les plus grandes stars du moment.

© reporters

En 2008, c'est la vraie grande aventure en solo. C'est aussi la date à laquelle est né son cinquième enfant, sa ligne de vêtements Victoria Beckham. Cette année-là, la principale intéressée annonce avoir créé une collection de robes qu'elle présentera à la Fashion Week de New York. Si, au début, les critiques sont dubitatifs face à cette annonce (Victoria Beckham était coutumière des fashion faux-pas avant de renouveler sa garde-robe), ils ne peuvent que louer la collection "classe" de l'ex-chanteuse. De suite, les boutiques se battent pour pouvoir vendre ses créations. Mais elle n'a que 400 robes destinées à la vente. Inutile de dire qu'elles partent toutes comme des petits pains et ce, même si le premier prix se monte à plus de 700 euros. Son style est déjà tout trouvé : des couleurs sombres et des coupes près du corps à hauteur genou. Certains y reconnaissent l'influence de Roland Mouret même si elle jure avoir créé ces robes toute seule. Fini la Spice Girls aux tenues parfois de mauvais goût, l'icône de la mode est née !

© reporters

Des clientes hyper populaires

Encouragée par ses victoires, Victoria Beckham décide d'étendre sa marque aux sacs à main de luxe. Comprenant rapidement que tout le monde n'avait pas les moyens de s'offrir ses pièces, elle lance "Victoria par Victoria Beckham", une collection (un peu) plus abordable tout en gardant sa collection de denim et accessoires. Ne nous mentons pas : le commun des mortels ne peut toujours pas s'acheter ses créations mais elles sont en effet un peu moins chères. Consécration supplémentaire : elle décroche en 2011 l'award de la "meilleure marque" aux British Fashion Award devançant Stella McCartney, Tom Ford ou encore Burberry. Rien que ça...


Nombreuses sont les stars qui lui font aujourd'hui confiance : Oprah Winfrey, Sarah Jessica Parker, Selena Gomez, etc. On prétend même que Meghan Markle, grande amie de la styliste, lui aurait demandé conseil pour transformer sa garde-robe d'actrice en celle d'une Duchesse. Et on ne parle même pas de ses collaborations réussies (avec Estée Lauder) dans le domaine du maquillage et des cosmétiques.

Après 10 ans de succès et de participation à la Fashion Week de New-York, "Posh" a toutefois décidé de se renouveler et de proposer ses nouvelles pièces... à la Fashion Week de Londres. Pour découvrir sa nouvelle collection, il faudra patienter jusqu'au 16 septembre prochain !

© reporters
Un résumé de sa précédente participation à la Fashion Week de New-York.

Mais tout ce que touche Victoria se transforme-t-il vraiment en or?

Selon The Sun, malgré un succès d'image, la marque de Victoria Beckham accumule les pertes. Au cours de son dernier exercice de 2017, la marque aurait perdu 5,3 millions d'euros. Pire, sans le soutien financier de son mari, David Beckham, l'entreprise ne serait plus viable. La faute, selon le journal, aux prix exorbitants qu'elle pratique. "Victoria, tes fans qui connaissent par coeur les chansons des Spice Girls ne peuvent pas se payer un sac à 1650 euros". "En pratiquant des prix trop élevés, elle a coupé tout lien avec le monde ordinaire. Le problème est que si vous pouvez vous payer du Victoria Beckham, vous pouvez aussi vous payer du Chanel...". L'autre problème de Victoria Beckham est qu'elle propose de jolies pièces mais aucune pièce suffisamment dingue pour provoquer l'hystérie.


Et David Beckham dans tout ça?

Alors que des rumeurs les disent séparés, Victoria a tenu à mettre les choses au clair à l'intérieur du magazine dans des propos traduits par BFM. "Les gens inventent des histoires sur notre relation depuis 20 ans. Nous avons appris à ignorer les ragots sans fondement. On peut compter sur la force de notre famille. Nous sommes plus forts à six que nous ne le sommes individuellement. Ce lien familial est précieux".

David Beckham n'est peut-être pas présent sur la Une (contrairement à leur chien) mais il l'est bel et bien à l'intérieur des pages.

Le couple est d'ailleurs plus amoureux que jamais puisqu'il a partagé un tendre cliché lors de leur 19 ans de mariage. "Bon anniversaire de mariage à la plus exceptionnelle des femmes et des mamans", écrivait le footballeur sur son compte Instagram.