Relations L’âge médian de la première relation sexuelle est de 18,6 ans auprès des étudiants de l'UCL, selon la nouvelle étude sur la sexualité de l’UCL.

La première relation sexuelle est souvent source d’angoisse. L’âge médian auquel les étudiants de l'UCL font l’amour pour la première fois est de 18,6 ans, relève une étude de l’UCL. Il semblerait, d’après les données collectées par l’université basée à Louvain-la-Neuve, que les filles sont plus précoces, avec un âge médian de 18,2 ans. Les garçons, eux, tenteraient l’aventure de l’intimité en duo vers 19 ans.

Pour des raisons sociologiques, l’âge moyen du premier rapport sexuel chez cette population d’étudiants universitaires (18,6 ans chez les garçons, 18,2 ans chez les filles) est par ailleurs plus élevé que la moyenne nationale (+- 17 ans).

Pour franchir le cap de la "première fois", les parents et professionnels de la santé conseillent toujours de trouver la personne avec qui on a envie de le faire et d’attendre une certaine maturité physique et mentale. Il faut se faire confiance et s’écouter. Il est important de se sentir en sécurité dans les bras de son/sa partenaire. Il ne faut, en aucun cas, se sentir "forcé(e)" à faire quelque chose d’aussi intime et privé.

Car, la première fois, c’est surtout assumer son corps, ses fantasmes et se faire plaisir, sans aucune pression. Il peut y avoir des ratés (stress, pression, blocages…) : communiquer avec son partenaire est primordial.

Il faut également noter que, contrairement à l’imaginaire de nombreux adolescents et jeunes adultes qui ont découvert la sexualité via les capsules X gratuites, que les relations sexuelles ne s’apparentent pas à certaines scènes de films pornographiques.

Les préliminaires sont importants. Caresses intimes, baisers appuyés, découverte du corps par le toucher et des yeux amoureux amènent un moment de douceur et de complicité.

Découvrir le corps de l’autre à travers un massage érotique indique ce qui fait mouche et fait progressivement monter le désir, chez les deux partenaires.

Les sexologues interrogés font tous part de deux questions importantes posées par les jeunes : "Est-ce que ça fait mal ?" et "J’ai peur de ne pas être performant". Cette dernière question est régulièrement posée par des jeunes hommes, qui, bercés par des idéaux pornographiques se mettent une pression inutile et ont peur de ne pas faire jouir leur partenaire ou de ne pas tenir assez longtemps pour y parvenir. L’orgasme est rarement au rendez-vous la première fois chez les filles. Mais le plaisir d’être en symbiose avec celui qu’on désire et la montée de désir peuvent être de bons souvenirs.

Quant à la douleur, la crainte est essentiellement féminine. Certaines filles vont ressentir des douleurs au moment de la première pénétration, d’autres ne vont rien ressentir, des saignements peuvent être observés, mais pas toujours… C’est variable et dépend d’une personne à l’autre. "L’important est d’en parler avec la personne avec qui on le fait", précisent les spécialistes.

A ne surtout pas oublier la première fois : la protection. Le préservatif reste le moyen de protection le plus sûr. Le sida et les infections sexuellement transmissibles restent une réalité.