Relations

Regarder un film pour adulte ou utiliser des jouets sexuels, en couple, peut provoquer une certaine excitation sexuelle et pimenter la relation.


Avec le temps, l’habitude et le quotidien, il arrive que les ébats sexuels s’essoufflent. Le stress et les pressions subies au travail peuvent également être source de désintérêt sexuel. Bon nombre de couples s’en plaignent. Iv Psalti, docteur en Sciences Biomédicales, sexologue clinicien et thérapeute de couple, évoque régulièrement les “trois piliers” essentiels du couple : l’amitié, le sentiment amoureux et… la sexualité ! Pour aller plus vite, parce qu’ils ont peur d’être surpris par les enfants ou simplement par une habitude installée, les couples de longue date zappent les préliminaires qui font monter ou intensifient désir et plaisir.

Pour se remettre en selle, les spécialistes suggèrent de miser sur la curiosité, la complicité et le jeu de séduction. Les couples avec enfants peuvent attendre que ceux-ci soient au lit avant de commencer une soirée romantique : dîner en tête-à-tête dans une ambiance tamisée (sans écran). On peut même allumer des bougies de massages lors du repas et masser le corps de l’autre avec l’huile juste après le repas.


Les films X

Des jeux sensuels et/ou sexuels peuvent être inclus à la soirée : œuf vibrant déclenché par le partenaire quand il le souhaite, repas en lingerie sexy… Pourquoi pas ne pas utiliser des sextoys, en couple. Car, la plupart du temps, ces jouets restent tapis dans une table de nuit, après leur achat. C’est ce que Sabrina Bauwens, sexologue liégeoise, appelle “le syndrome de la table de nuit”. “Malgré la vague de vente à domicile de sextoys qui facilite la découverte de son corps et de l’orgasme, un grand nombre de femmes achète des jouets érotiques mais avoue ne jamais les utiliser. Le jouet reste dans le tiroir, bien propre dans son emballage.” Les utiliser, à deux, peut rapprocher le couple. Et, si ça ne fonctionne pas comme prévu, cela aura peut-être été source de fous rires.

Outre des petits jeux coquins, subtils ou non, on peut également faire appel à une aide extérieure : la location de film X. Les films porno, généralement, sont regardés par des hommes. Les femmes en regardent peu. En couple, c’est un moyen d’atteindre l’excitation, mais ça n’est pas un des moyens préférés des Belges. “Je constate, lors de mes consultations, que peu de couples regardent des films à caractère pornographique”, indique Virginie Koopmans, sexologue à Namur.

Or, ces films aux univers différents, qui montrent toujours des relations sexuelles, peuvent être porteurs d’une certaine excitation, visuelle pour les hommes (“ils ont besoin d’images”, précise Virginie Koopmans) ou suggérée pour les femmes qui peuvent trouver du plaisir à regarder des séquences de sexe, en compagnie de celui/celle qu’elles aiment.


Orgasmes en images

L’exposition éphémère des Bijoux Indiscrets, La bibliothèque des orgasmes, lancée il y a quelques années par une marque de produits érotiques féminins espagnole, est passée par Namur, sur le Belrive. Le projet souhaitait “mettre en exergue la richesse et la diversité des orgasmes féminins. Il est la partie émergente et créative d’une étude beaucoup plus conséquente afin d’identifier les préjugés et tabous qui influent sur les comportements sexuels.” Près de 1.000 personnes ont posté des enregistrements audio de leurs orgasmes sur la plate-forme Bibliothèque des orgasmes. Ils ont été mis en images graphiques.

Et le clitoris alors ?

L'intérêt d'une telle manifestation ? « Le cinéma, y compris le porno, nous vend que le plaisir féminin ne s’obtient que par pénétration. Cependant, presque 80 % des orgasmes donnés dans la librairie ont été atteints par stimulation externe, c’est à dire le clitoris. Un autre point de discorde est que dans la fiction, les femmes n’ont pas l’habitude de se masturber alors que plus de la moitié des orgasmes que nous avons reçu ont été enregistrés quand elles étaient seules. En constatant ces oppositions, il n’est pas surprenant que de nombreuses femmes se sentent frustrées quand elles n’atteignent pas l’orgasme avec leur compagnon. Elles en arrivent à penser qu’elles ont un problème physique. Mais ces problèmes peuvent être résolus grâce à une vraie information, la seule capable d’effacer les préjugés et les tabous sociaux, », expliquait Elsa Viegas de Bijoux Indiscrets.

Comme ça, c'est dit !