Relations

Ca y est : le Mondial a commencé ! Ce qui signifie : soirées entre mecs, bières et chips … (du moins c’est l’image qui y est associée). Et votre couple, vous y avez pensé ? Car si pour certains il s’agit d’une réelle effervescence, pour d’autres, c’est plutôt un sacré cauchemar ! Alors comment faire pour profiter pleinement des matchs jusqu’au 15 juillet, sans ruiner votre vie sexuelle ? La sexologue Marie Tapernoux a étudié la question.

Tous les 4 ans, la Coupe du monde envahit nos écrans, nos radios, nos hommes (et femmes aussi) et donc nos vies pendant un mois. Et ce n’est pas forcément évident de vivre sereinement cette période, avouons-le ! La sexualité étant un réel baromètre conjugal et personnel, il n’est donc pas étonnant de constater qu’elle est également impactée durant cette période.


Les "moins"

Le remplacement de "soirées en amoureux" par des "soirées matchs" est plus que monnaie courante durant ce mois de coupe du monde. Cela signifie qu’il y a moins de moments consacrés au couple qu’en temps normal, et davantage accordés à des amis avec qui partager ces enjeux sportifs. Or, la sexualité est plus épanouissante quand les couples se sentent proches et complices, ne l’oublions pas !

Si, bien souvent, le moral a un impact sur la vie sexuelle, il en est de même en cas de défaite sportive : la déception de voir son équipe favorite battue n’aidera, bien souvent, pas le couple à se retrouver sexuellement, que du contraire.

L’abus d’alcool et la sexualité n’ont jamais fait bon ménage : en effet, d’un point de vue physiologique, une trop grande consommation d’alcool ne favorise pas l’arrivée et le maintien de l’érection qui finit, régulièrement, par laisser place à la frustration et/ou au sommeil. Or, durant cette période du Mondial, si le chiffre d’affaire des marques de bières monte en flèche, ce n’est malheureusement pas le même sort pour de nombreuses érections !

L’image véhiculée par les supporters est, certes, une caricature, mais elle n’aide pas à érotiser les fans de foot durant ce fameux mois de matchs. Aussi, voir son partenaire enfiler son maillot, son fanion, sa casquette ou encore son maquillage de supporter ne va pas forcément être un simulant pour la personne qui ne comprend pas l’effervescence activée par un ballon blanc et noir.

Au fil des soirs de matchs, une autre difficulté guettera de nombreux supporters : celle de la fatigue s’accumulant de jour en jour. Or, il est bien connu que la fatigue est l’un des deux grands ennemis de la sexualité (l’autre étant le stress). Le risque de ne pas tenir le rythme n’aidera pas non plus les couples à se retrouver sexuellement aussi souvent que cela aurait pu être le cas en dehors de cette intense période.


Les "plus"

En passant moins de moments ensemble, il se peut que le manque de l’autre se fasse ressentir … et ce dernier est généralement l’allié du désir qui nous permet d’intensifier nos retrouvailles !

Une belle victoire peut induire une intense excitation au moment du coup de sifflet final, comme elle peut permettre aux partenaires de célébrer, ensuite, cette magie du ballon bi-color … et ce n’est pas pour rien si l’on parle de « baby-boom sportif » ;-)

La magie du foot peut également être appréciée par les deux partenaires, laissant alors place à une période de partage, de rendez-vous communs pour assister, ensemble, aux performances des meilleurs joueurs du monde. Et dans ce contexte, il y a de fortes chances pour que la sexualité se vive en diapason avec les émotions ressenties communément durant ce mois du mondial.

Accepter cette période où son partenaire est moins présent signifie aussi avoir plus de temps pour soi, ce qui n’est peut être pas aussi fréquent en période « hors-mondial ». Alors au final, peu importe ce qu’on fait de nos soirées, le plus important sera de pouvoir se retrouver pour se reconnecter l’un à l’autre, en étant ravi d’avoir pris du temps pour soi.

Si certains fantasment sur le fameux but de la victoire, d’autres fantasment davantage sur le corps de certains joueurs (qu’ils soient portugais, brésiliens ou belges,… ). L’essentiel, au final, est de regarder dans la même direction, tout en profitant d’un moment agréable ensemble.


Le secret

Vous l’aurez compris : cette période n’est pas à prendre à la légère même si elle peut être perçue comme très excitante. Le tout dépendra du compromis que vous aurez établi ensemble : est-ce ok pour toi si on n’est pas ensemble à ces différents moments ? Qu’as-tu prévu de faire ? On ne se fixerait pas une soirée à deux entre deux matchs pour se retrouver en amoureux ? Tu ne viendrais pas me rejoindre à tel moment pour qu’on le partage ensemble ?

Car oui, encore et toujours la communication est le maître-mot, même en ce qui concerne ce Mondial 2018 … Conseils d’une sexologue !