Relations

Parmi toutes les chroniques que vous avez pu lire, aucune n’avait encore été consacrée à vous parler des « outils » à votre disposition pour protéger les enfants de manipulateurs. La chronique de Julie Arcoulin.

Il était donc grand temps. Cette semaine, je vais vous parler de ce que vous pouvez mettre en place si vous faites partie de l’entourage d’un enfant victime d’un parent manipulateur. Que vous soyez l’autre parent, un grand-parent, un frère, une sœur, une marraine, un parrain, un oncle, une tante et ceux que j’oublie, vous pouvez aider ces enfants.


Un parent manipulateur, quelles conséquences sur les enfants ?

D’abord, une fois n’est pas coutume, laissez-moi vous redire que les manipulateurs existent aussi en version féminine. Je parle des manipulateurs au masculin pour respecter la règle grammaticale, tout simplement. Ensuite, avant de coller cette étiquette sur quelqu’un, il est important de prendre certaines précautions et de vous adresser à un(e) professionnel(le).

Les manipulateurs utilisent le chantage affectif, la culpabilisation, la double-contrainte, les insultes, la dévalorisation, ils prêchent le faux pour connaître le vrai, ils conditionnent leur amour en rejetant leur enfant s’il ne correspond pas à leurs attentes et en s’attirant tous les mérites de leurs réussites. Ils mettent leurs enfants sous emprise, les placent dans un conflit de loyauté, les aliènent le cas échéant.

Il faut bien se rendre compte que le but de ce genre de parents est de faire de son enfant une arme redoutable contre l’autre parent. Un autre de ses buts est d’occuper tout l’espace mental de son enfant afin qu’il soit totalement sous emprise. Cela a des conséquences immenses.

Ces enfants ont un grand déficit d’estime de soi, ils ont des difficultés à faire des choix et à se positionner, ils sont en recherche permanente de l’amour de leur parent pourtant incapable de les aimer. Je ne peux évidemment pas énumérer toutes les conséquences en une chronique, mais mon objectif est de vous aider à limiter les dégâts et diminuer les impacts de ces parents toxiques.


Eveiller l’esprit critique de vos enfants

Les manipulateurs/trices mettent tout en œuvre pour que leurs enfants vous accusent de tous les maux, pour que vos enfants croient les mensonges qu’ils leur mettent dans la tête et pour qu’ils n’aient aucun moyen de penser par eux-mêmes. Pour endiguer leurs tentatives de lobotomisation, il y a des choses à faire :


  • Aidez-les à développer leur sens critique. Quand votre enfant revient en vous disant que son autre parent lui a raconté que vous preniez tout l'argent pour vous, ne répondez pas par une contre-vérité. Votre enfant ne saura pas laquelle il doit croire, cela ne l’aidera pas. Il vaut mieux lui poser des questions comme : « Et toi, qu’est-ce que tu en penses ? », « Qu’est-ce qui te fait croire que je prends tous ses sous ? ». L’idée est de semer la graine de l’esprit critique, la réponse n’a aucune importance. Il est essentiel de leur permettre de réfléchir par eux-mêmes en toute liberté.

  • Apprenez-leur à faire des choix. Des petits choix bien sûr et adaptez-les en fonction de leur âge. Laissez-les choisir entre deux tenues, proposez-leur deux desserts différents pour qu’ils choisissent, incitez-les à se positionner en fonction de ce qu’ils préfèrent. Vous l’aurez compris, le but est de les (re)connecter avec leurs envies, leurs besoins, leurs désirs. S’ils ont un parent manipulateur, ils ont appris à faire totalement abstraction d’eux-mêmes au profit de ce parent qui est incapable de faire passer les besoins de son enfant avant les siens.

  • Rétablissez la vérité ! Si votre enfant vous raconte un comportement inadéquat de son parent manipulateur, ne répondez pas quelque chose du genre « Tu sais bien comment il/elle est. » Non ! C’est de la complicité. Il est primordial que vous validiez auprès de votre enfant que ce comportement est inapproprié. Sinon, il ne saura plus identifier le bien du mal et reproduira les comportements de ce parent qui n’a pas de limite. N’essayez pas d’édulcorer la réalité, vous ne rendez service à personne. Une insulte, un geste violent, de l’agressivité, des mensonges tous ces comportements sont condamnables et il est important de passer le message à vos enfants.

  • Mettez des limites et faites-les respecter. Je remarque souvent, en consultation, que le parent sain a du mal à mettre ses limites et à apporter un cadre. Non pas par faiblesse. Mais parce que ce parent-là a tendance à penser qu’il faut « compenser ». La vie chez l’autre parent est tellement dure qu’il pense qu’il faut laisser l’enfant respirer. C’est une erreur de penser cela. Les enfants ont besoin d’un cadre, de règles, de limites pour être sécurisés. Ce n’est pas parce que le parent manipulateur est autoritaire qu’il y a un cadre. De son côté, tout est arbitraire. Les enfants se retrouvent en hyper-vigilance car rien n’est structuré et rassurant. Créez des rituels, affichez une routine sur la porte du frigo afin que chacun sache où il en est dans la journée, que personne ne soit perdu et qu’une organisation se mettre en place.


Travailler sur soi aussi

Vous savez, dans les avions les hôtesses nous disent toujours qu’en cas de problème les parents doivent d’abord mettre le masque sur eux et puis sur leurs enfants. C’est exactement le même principe si vous avez un enfant avec un manipulateur. Il est vital pour vous et pour vos enfants de travailler sur votre propre positionnement, sur vos peurs, sur votre confiance en vous. D’abord parce qu’après une relation avec ce genre de personnes, il y a du boulot de reconstruction à faire. Ensuite, parce que le positionnement de vos enfants dépend du vôtre.

Si personne ne leur montre qu’ils ont le droit de refuser les mauvais traitements, ils auront du mal à s’affirmer. Pourtant, il en va de leur survie. J’invite tous les parents à prendre un moment pour lire, avec leurs enfants, la charte des droits de l’enfant disponible sur le site du délégué général aux droits de l’enfant. Il est important que les enfants intègrent leurs droits afin de lutter contre ce parent qui leur fait croire qu’ils ont le droit de les maltraiter.


À la semaine prochaine.

Ateliers et conférences sur le sujet - Suivez-moi sur Facebook

Lire aussi l'ouvrage de Julie Arcoulin, « Survivre aux parents toxiques » chez City Editions, 233p.