Relations

Peut-on parler de norme à ce sujet ? Peut-on « trop » faire l’amour ? Quels sont les risques si la fréquence n’est pas suffisante ? Que faire si les partenaires ont un rythme différent ? Entre préjugés et réalité, il peut y avoir un gap ! La chronique de la sexologue Marie Tapernoux.


Souvent source de tensions, cette question taraude la majorité des couples au moment où la phase passionnelle rencontre la phase réaliste de la relation. Les deux partenaires se retrouvent alors confrontés à une baisse de rythme, à moins de spontanéité ou encore à moins d’envies sexuelles.


Y a-t-il une "règle" à ce niveau ?

La moyenne véhiculée sera de 2,5 fois par semaine… mais on est bien d’accord qu’une moyenne n’est pas une norme ou encore moins un critère figé!

Cette donnée n’est donc pas à prendre à la lettre mais elle nous indique malgré tout quelque chose d’intéressant : un rapport sexuel permet aux deux partenaires de se connecter pleinement… Ils se sentent alors plus proches, plus tactiles, plus complices, et ce durant les 2 à 3 jours qui suivent le rapport sexuel! Cette fréquence de 2 à 3 fois par semaine va donc tout naturellement permettre au couple de se retrouver suffisamment au niveau sexuel pour maintenir ces effets bénéfiques dans la relation de couple.

En tant que sexologue, je trouve primordial de ne pas mettre de priorité sur une fréquence mais plutôt sur la qualité du moment partagé ! Dans la balance, un moment vécu avec plus d’intensité sera bien plus bénéfique qu’une fréquence maintenue « vaille que vaille ».

Mais revenons plutôt aux bases en la matière : La sexualité est un baromètre qui est intrinsèquement lié aux états émotionnels des amoureux, aux différents événements de la vie, aux ressentis physiques, ou encore au stress et à la fatigue de chacun.

Imposer une fréquence reviendrait donc à ne pas respecter la situation de chacun et en définitive perturber ce moment de pleine connexion entre les amants.

Par contre, penser à être vigilant en ce qui concerne la fréquence des moments de qualité que l’on passe ensemble aura bien plus de retombées positives sur les retrouvailles sexuelles : se sentir proche rapproche ! N’hésitez donc pas à organiser régulièrement une sortie en amoureux : un resto, un théâtre, un ciné, une balade, une soirée aux thermes, ou encore un apéro rien qu’à deux près du feu (c’est de saison!) car devinez quoi : un bon moment passé en amoureux rapprochera durant 2 à 3 jours… autant donc qu’un rapport sexuel.

La routine peut également être source de frustration et conduira à moins de rapprochements entre les amoureux… La garder à l’oeil est toujours une bonne chose car elle s’invite insidieusement et c’est souvent quand elle est bien installée qu’on se rend compte de sa présence. Se renouveler régulièrement, se surprendre, changer les habitudes sexuelles ne pourra donc que relancer plus d’intensité sexuelle…


La question est : quelle est NOTRE fréquence idéale ?

Chaque couple est différent, et dans chaque couple on retrouve des moments différents, avec des difficultés diverses et variées ainsi que des moments incroyables et inoubliables. A l’image des poupées russes, vous n’en trouvez jamais deux identiques… alors pourquoi leur imposer le même traitement ?

Au risque de me répéter, c’est clairement le dialogue qui va permettre à chacun d’oser exprimer son ressenti, ses besoins, ses craintes. Oser dire à l’autre ce qui vous plait, ce qui vous manque, lui montrer que vous avez envie de retrouver cette proximité témoigne d’une grande confiance en son/sa partenaire ainsi qu’en son couple. A l’inverse, utiliser des reproches ou des petites piques (oui … même dites sur le ton de l’humour) sera contre-productif car cette technique responsabilise l’autre par rapport à "sa" frustration. La manière d’aborder le sujet a donc autant d’importance que le sujet lui-même.


Que faire quand le sujet est délicat à aborder ?

Quand on se retrouve confronté à un refus d’en parler, ou quand le malaise se fait clairement ressentir, c’est bien souvent le signe qu’il ne s’agit plus, uniquement, d’une différence de rythme ou de fréquence entre les amoureux.

La question d’une perte de désir ou encore de difficultés davantage liées à la relation elle-même peut en être la cause. Mais, là aussi, seul le dialogue vous permettra d’en savoir plus et, surtout, de trouver des solutions, ensemble, à cette difficulté.

Et si à deux c’est compliqué, n’oubliez pas que des professionnel.le.s sont là pour vous accompagner dans ce dialogue. Il serait donc dommage de ne pas en profiter … Conseils d’une sexologue !