Relations

Comment faire durer son couple dans le plaisir de vivre ensemble ? Quelles sont les difficultés auxquelles il est le plus souvent confrontés, comment s'en sortir ? Le psychanalyste Patrick De Neuter nous en parle avant sa conférence sur « Les paradoxes de l'amour et du désir » qui inaugure un cycle de conférences axé sur le couple.


Le couple est un espace de vie difficile, personne ne dira le contraire. Aujourd'hui, la durée d'une vie « à deux » s'amenuise régulièrement. Echec ? Liberté gagnée depuis que la contrainte sociale pèse moins sur la vie conjugale? En tous les cas, on assiste à un changement de vision du couple.

Le psychanalyste Patrick De Neuter a enseigné longuement sur le couple, il a aussi publié des livres à ce sujet (1). De fil en aiguille, c'est devenu sa spécialité et sur son divan, de nombreux analysants révèlent leurs angoisses et difficultés en la matière. Pour lui le couple, ou l'absence de couple, est au centre de la vie et des problèmes que peuvent développer les êtres dans leurs relations aux autres. Un thème qui fera l'objet de la première conférence du cycle du jeudi de l'Espace analytique de Belgique. Rendez-vous ce jeudi 22 septembre à 20h30 (2)

Nous avons rencontré le psychanalyste pour qu'il nous livre son analyse avant sa conférence.


Les problèmes de couples sont-ils inévitables ?

Comme dans toute relation à long terme, il y a des phases, des moments de tension et de conflit que l'on surmonte plus ou moins facilement. Mais il y a un plaisir inconscient qui fait que l'on veut pas surmonter une difficulté : c'est le plaisir éprouvé à être dans le malheur ou les soucis. C'est difficile à comprendre et difficile à dépasser. Même Freud a été fort étonné de découvrir le plaisir que l'on peut trouver dans le malheur !


© IStock / Getty Images

La fidélité reste un principe fondateur pour la plupart des couples. Mais c'est souvent là que les couples éclatent.

Chacun est tiraillé entre l'épanouissement personnel et l'amour exclusif donné à l'autre. C'est le cas de la plupart des couples aujourd'hui.

Aux siècles passés, c'était - peut-être - plus simple : les hommes pouvaient avoir une maîtresse et les femmes l'acceptaient même si c'était difficile. Par contre, elles ne pouvaient pas se permettre un comportement analogue. Récemment, les femmes ont refusé cette situation inégalitaire et se sont donné la possibilité d'agir elles aussi en fonction de leurs désirs. Ce nouvel équilibre au sein du couple est bienvenu mais il le rend fragile car les tentations extraconjugales sont nombreuses.

Beaucoup de couples se déchirent suite à l'infidélité et la non-capacité de vivre avec l'extraconjugalité. Cela signifie en effet vivre avec la constatation que l'on n'est pas unique pour l'autre. Or, tout se passe comme si l'amour impliquait ce désir d'être l'unique et donc aussi la possession de l'autre. Ce qui est une idée discutable : pourquoi vouloir être l'unique? Pourquoi vouloir posséder l'autre? C'est un des objets du livre "Du mariage considéré comme l'un des Beaux Arts" de Philippe Sollers et Julia Kristeva. Mais comme ils le disent eux-mêmes, il n'y a pas de solution miracle, valable pour tous.


Le couple est-il un terrain propice à la discussion ?

Ce qui ressort des consultations, c'est que les les amoureux et les amants se parlent peu de ce qui leur pose problème. Par peur de faire mal, de décevoir, de provoquer la colère de l'autre, de peur du changement, de mal être compris, de souffrir...

Or, on peut penser comprendre son comportement amoureux alors que ce n'est que la partie émergée de l'iceberg. On comprend davantage en parlant avec son partenaire qui peut avoir saisi, par exemple, une ressemblance avec le comportement ou les pensées du père ou de la mère. L'autre du couple peut aussi mettre en lumière un comportement ou un dire récurrent.

Néanmoins, ce qui est enfoui dans l'inconscient, n'est accessible que par un travail analytique. Je préfère d'ailleurs dire « cure » analytique pour montrer aussi que cela ne reste pas dans les limbes de l'intellectualité. Je ne pense pas souhaitable d'entreprendre une psychanalyse si l'on ne désire pas résoudre un problème qui nous empoisonne la vie.


© REPORTERS

On sait que la passion des débuts n'est pas éternelle... Comment font les couples pour durer dans le temps ?

Il y a, semble-t-il, trois piliers chez les couples qui sont heureux dans la durée: tout d'abord avoir une bonne communication verbale, c'est-à-dire débattre, discuter, s'adresser à l'autre ; ensuite donner et recevoir de la tendresse : c'est-à-dire se dire des mots d'amour, penser à l'autre, se toucher, s'embrasser tendrement, vouloir lui faire plaisir et enfin avoir une sexualité suffisamment satisfaisante pour "chaque un".

Cette sexualité épanouie justement passe par le désir pour l'autre et pour la sexualité. Or, une des dimensions du désir réside dans la nouveauté. Le quotidien érode le plaisir et si on n'y met pas du sien, on est tiraillé car la nouveauté est accessible hors du couple. Veiller à nourrir son désir par le changement voire la surprise semble essentiel !

Le désir est aussi une tentative sans cesse renouvelée de reproduire ses expériences de plaisir d'enfants... Mais comme ce n'est jamais tout à fait ça, on répète, on fait un autre essai, et pas seulement pour le pire, pour le meilleur aussi.


Pratique

(1) Clinique du couple, Patrick De Neuter & Danielle Bastien, ed. Erès. Le thème : Mais pourquoi est-il donc si difficile de vivre heureux, dans un couple qui dure ? et avec Nathalie Frogneux, Violences et agressivités au sein du couple. Vol. I et II. Academia Bruylant, 2009. ainsi que Sexualités, normes et thérapies. Approches interdisciplinaires des pratiques cliniques, Academia Bruylant, 2006.

(2) A partir du jeudi 22 septembre accueil à 20h15. Centre culturel "Op Weule", rue Saint Lambert, 91,1200 Bruxelles. Participation aux frais : 10 € par soirée (5€ pour les étudiants et les demandeurs d’emploi). 60 € pour l’ensemble des 8 soirées (30 € pour les étudiants et les demandeurs d’emploi). Inscription souhaitée pour être informé en cas d’imprévu: fannydejonghe@yahoo.com. infos compl. http://www.espace-analytique.be/