Relations Le mois d’octobre était placé sous le signe du rose. Durant 31 jours, le cancer du sein est mis à l’honneur internationalement. Mais le dépistage, c’est toute l’année.

"Le cancer du sein est le plus fréquent chez la femme. Une femme sur huit est une victorieuse (une patiente atteinte du cancer du sein)", rapporte Think Pink, la campagne nationale de la lutte contre le cancer du sein.

Le mois "Octobre Rose" est terminé depuis mercredi dernier. Ces 31 jours un peu spéciaux permettent à Think Pink d’expliquer que, partout en Europe, il existe un dépistage qui est organisé par le gouvernement, qui est totalement gratuit. Il est uniquement réservé aux femmes ayant entre 50 et 69 ans qui n’ont pas de risque de cancer du sein. "Si avant l’âge de 50 ans, on détecte quelque chose d’anormal, alors la patiente tombe dans un autre système", explique Jessica Chacana Hernandez, event&communication Manager chez Think Pink. Il est aussi important de rappeler que l’autopalpation est primordiale tout comme aller chez son gynécologue une fois par an. "Nous cherchons vraiment à sensibiliser au cancer du sein."

Mais pas que. Ce mois "rose", c’est aussi le mois du ruban rose qui permet de rapporter des fonds à Think Pink. "Durant ce mois, nous avons l’action des boîtes à rubans - il s’agit de placer un petit ruban rose à ses vêtements durant tout le mois . En 2017, nous avions distribué 2.189 boîtes de 100 rubans roses. Pour cette année, je ne sais pas encore vous donner le nombre exact de boîtes vendues mais, aujourd’hui (mardi 30 octobre), nous sommes à 3.234 boîtes distribuées, c’est une belle augmentation."

Des bénéfices pour de belles attentions

L’ensemble de ces bénéfices sont versés à trois fonds. Le fonds SMART qui permet d’aider la recherche scientifique. Le fonds Coupe d’Éclat, "nous récupérons 20 cm de cheveux que nous revendons à une perruquière. Cela nous permet de récolter des fonds pour donner aux femmes atteintes du cancer du sein qui ont des difficultés à s’acheter une perruque. Elles reçoivent un montant de 200 euros pour l’achat d’une perruque", précise Jessica Chacana Hernandez. Le prix d’une perruque de qualité est de minimum 500 euros. Et enfin, le fonds Share your Care "qui permet d’offrir une petite ou une grande attention à une patiente atteinte du cancer du sein qu’on appelle une victorieuse."

Au-delà de ces trois fonds et des campagnes de sensibilisation, Think Pink accompagne les "victorieuses" avant, pendant et après leur cancer du sein. Et ce notamment grâce à un livre proposé à toutes les patientes chez qui l’on détecte ce cancer. "Tous les hôpitaux le reçoivent. Ce livre reprend tous les aspects financier, psychologique ; des témoignages de médecin… Quand le diagnostic tombe, on ne pose pas ces questions, que ce soit la sexualité ou autre à son médecin. Les ‘victorieuses’ n’ont pas toujours envie d’en parler. Ce livre permet alors d’ouvrir le dialogue." Toutes les "victorieuses" qui ont reçu ce livre l’ont lu parce qu’elles se sont fait dépister. "Octobre Rose", c’est bien mais "Octobre Rose", ça doit être toute l’année. Se faire dépister peut se faire à n’importe quel moment grâce à un mammotest. Ne l’oubliez pas !


Pour soutenir Think Pink et leurs actions tout au long de l’année : www.think-pink.be