Relations

Le printemps a été officiellement déclaré. Cette saison du renouveau où tout éclot. Même la libido, le désir et l'envie délicieuse de séduire ? Oui ! On vous explique ce qui se passe dans vos corps...


Un matin, on se réveille et l'on se sent plus léger(e). On s'habille plus léger pour rester dans le même "mood", on plaisante, on sourit, on profite de tous les petits plaisirs de journée. Et c'est gagné. Si on s'écoute bien... on peut même entendre une petite voix qui pousse à avoir envie de plaire, de peau contre peau, ... Oui, la libido aussi se réveille après un bon gros dodo digne d'une hibernation d'ours pour certain(e)s d'entre nous.

Vous vous imaginez bien que ce miracle de la nature n'est pas dû à un hasard. Tout cela n'est pas de l'alchimie mais de la chimie.

Le printemps (même si en ce moment c'est un peu difficile à voir) est une saison bien plus lumineuse que l'hiver qui la précède. Et le corps davantage exposé aux photons du soleil synthétise tout cela, un neurotransmetteur va envoyer des signaux aux testicules et aux ovaires, les organes sexuels : voici les fameuses oestrogènes et testostérone qui envahissent notre corps. Et pour leur donner toutes les chances, l'organisme sécrète moins de mélatonine (l'hormone qui provoque l'endormissement, celle qui nous fait aimer le sombre et le calme).


Tous les sens en alerte... naturellement

Voilà donc installée cette sensation de légèreté. Comme les températures montent, on s'emmitoufle moins et la vision (surtout chez les hommes) d'un carré de peau, d'un roulement de muscle, de jeux de jambes vont imperceptiblement résonner dans l'hypothalamus qui va donner l'ordre de produire encore davantage d'hormones sexuelles. On a retrouvé un peu de légèreté, voici que l'on redécouvre le désir !

La vue joue donc un rôle mais l'odorat aussi : tout le monde a entendu parler des phéromones, ces odeurs qui émanent des corps sans que personne n'en soit conscient et qui sont des signaux érotiques conséquents. "Ces indices qui signalent la présence et la disponibilité du partenaire sexuel ont un effet sur les dopamines visant à porter l'attention sur des cibles sexuelles potentielles" expliquait d'ailleurs Lucy Vincent, auteure de "La Formule du désir" au Point, il y a quelques années.

Plus globalement, le soleil donne à nouveau de l'énergie, on sort plus, ce qui permet au corps de profiter davantage de la luminosité, on s'habille plus légèrement et l'on se sent plus "sexy" et donc plus disponible pour son partenaire ou pour les jeux de séduction : le cercle vertueux se met en route.


Ah ces hommes... toujours en retard !

Ce qui est juste un peu dommage, c'est que les hommes et les femmes ne réagissent pas tout à fait de la même façon à ces injonctions naturelles. Une étude norvégienne de l'université de Tromso s'est penchée sur le désir des uns et des autres : alors que le désir féminin est au plus bas en décembre, il remonte dès le mois de mars, jusqu'à atteindre son pic en mai. Pour les hommes, ce sommet est atteint au mois d'août. "Les hormones du désir féminin sont influencées par l'intensité et la quantité de lumière, alors que la testostérone masculine reste plus ou moins constante", expliquait ainsi la sexologue Bente Træen.

Mais comme les hommes sont davantage touchés par les stimuli visuels, le jeux est certainement égal... Belle saison, non ?