Relations

Un tiers de la population mondiale est introvertie. Un trait de personnalité trop souvent incompris.


Souvent, on envie les extravertis et on plaint les introvertis... Pourtant, professionnellement les personnes introverties peuvent apporter beaucoup plus qu'on ne croit à leur entreprise... Voilà ce qui ressort de la theory of extraversion de Hans Eysenck et d’une étude de William Revelle de la Northwestern University. Experte liée au spécialiste en environnement de travail Steelcase, Susan Cain (l’auteure du bestseller mondial Quiet: The Power of Introverts in a World That Can't Stop Talking) revient sur le sujet en affirmant que la culture occidentale moderne sous-évalue les caractéristiques et les possibilités des personnes introverties. Cela engendre non seulement une réduction du bien-être de celles-ci, mais comme un tiers de la population mondiale est introvertie, cela provoque finalement des dommages économiques. Une incompréhension qui ne se limite pas au travail et que les introvertis subissent au quotidien.


L'introversion, ce n'est pas de la timidité

On les confond souvent et pourtant : attention, la timidité n’a rien à voir avec l’introversion. "La timidité est la crainte du jugement social des autres. L’introversion a plus à voir avec la façon dont quelqu’un réagit à des stimuli externes, dont aussi aux stimuli sociaux. Les personnes extraverties peuvent aisément faire face à de grandes quantités de stimuli, alors que les introvertis préfèrent la tranquillité et les environnements calmes", explique Susan Cain.

A quoi reconnaît-on une personne introvertie ?

Les personnent introverties :

- Se réfugient dans de grands groupes;

- N’aiment pas les banalités, mais revivent dans des conversations plus approfondies;

- Excellent dans les présentations sur un podium, mais pas dans les débats ultérieurs;

- Sont vite distraits, mais s’ennuient rarement;

- Se sentent par nature plus attirés par les métiers plus créatifs et individuels, où le souci du détail est important;

- Optent pour un emplacement proche de la sortie, lorsqu’elles se trouvent dans un espace avec d’autres personnes;

- Réfléchissent, avant de parler;

- Ne participent pas rapidement à l’ambiance de leur environnement, comme le font les personnes extraverties;

- Eprouvent des difficultés en cas d’appels téléphoniques inattendus;

- Se renferment sur elles-mêmes, lorsqu’elles sentent que leur énergie est épuisée et qu’il est temps de se retrouver seul.

© REPORTERS

L'introverti ressent souvent le besoin de se justifier

"Vous n'avez pas idée à quel point il est déconcertant, voire décourageant, de devoir justifier son existence au reste du monde", ainsi commence la chronique d'un introverti dans le Huffington Post québécois. Dans un monde toujours plus connecté où il est bien vu de partager le moindre détail de sa vie privée sur les réseaux sociaux, les extravertis sont rois. L'introverti, lui, est donc incompris, moins prompt à tout déballer.

Dans une bulle, à l'abri du monde extérieur

Il a peu d'amis et préfère souvent le calme de son foyer à la perspective d'une soirée organisée sur Facebook. "J’aime me retrouver en petit comité, entourée des gens que j’aime, plutôt que noyée dans une foule que je ne connais pas et qui va m’épuiser", explique Mélissa, introvertie qui témoigne dans Madmoizelle. "J’adore passer mes week-ends devant la télé avec mon introverti de petit-ami, confinée dans notre bulle, à l’abri du monde extérieur, souvent trop rapide et bruyant pour moi".Pas asocial pour autant, l'introverti observe, écoute lorsqu'il est en société. Choses souvent prises - à tort - pour du mépris et du je-m'en-foutisme.

Comment l'apprivoiser ?

"Il faut nous apprivoiser tels de petits animaux farouches craignant la main de l'homme. C'est d'ailleurs pour cette raison que les introvertis n'ont pas un grand cercle d'amis : les rapprochements sont ardus, car les gens ont de la difficulté à jauger notre personnalité", explique également Mathieu Roy. Toujours dans Huffington Post Québec, il propose son "petit manuel pour intéragir avec un introverti".

Ce n'est pas parce que l'introverti nage à contre-courant qu'il faut l'ignorer totalement. Au contraire, vous serez surpris.