Relations




Qu’est-ce qu’un compromis ?


Selon le dictionnaire, un compromis est « une action qui implique des concessions réciproques ». Le mot « réciproque » est évidemment crucial. C’est souvent là que ça finit par coincer, j’y reviendrai. Un compromis, donc, implique forcément que les deux parties face une concession.


Evidemment, je ne vous parle pas de compromis du genre : « Tu sors les poubelles, je fais la vaisselle. » D’ailleurs, ce n’est pas un compromis, c’est un partage des tâches. C’est tout autre chose quand l’un des protagonistes d’une relation doit renoncer à quelque chose de fondamental ou, en tout cas, d’important.


Par exemple, quand un couple décide que Madame restera à la maison pour élever les enfants, ou encore quand un couple décide de partir vivre à l’étranger et que ce n’est pas un projet commun, il est très fréquent de constater qu’à long terme, le compromis devienne une arme redoutable dans les conflits. Résultat : les discussions sont infructueuses parce que le déséquilibre s’installe. Ceci sont des exemples de couple, mais cela vaut pour tous les types de relation. Ces « compromis » là, peuvent poser problème à long terme et vite finir en « après tout ce que j’ai fait pour toi ». Donc, attention danger !


Quand ça coince


Je vous le disais juste avant, les problèmes arrivent lorsque le compromis ressemble fortement à un sacrifice. Dans ce cas, il n’y a qu’une des personnes faisant partie de la relation qui renonce à quelque chose. Ce n’est pas systématiquement un échec, mais il y a plutôt intérêt à bien réfléchir avant de signer.


Si vous n’êtes pas totalement convaincu(e) par le compromis que vous faites, exprimez-le. N’attendez pas de tomber dans la rancœur et la frustration. Si vous avez le sentiment que les efforts ne viennent que de vous, exprimez-le afin de trouver une solution commune qui rétablira l’équilibre.


Projetez-vous dans le futur, imaginez votre vie dans 10 ans. Quels impacts pourrait avoir ce compromis ? Que risquez-vous de regretter ? Il est important de bien y réfléchir afin de ne pas sombrer dans la spirale des reproches.


Définir ses valeurs et ses besoins individuels pour trouver un socle commun


Avant d’arriver à un compromis, faites le point sur vous-même. Prenez un moment pour identifier vos valeurs, pour définir vos besoins, votre vision de la vie et la vie que vous avez envie de vivre. Il n’est pas nécessaire d’être d’accord sur tout pour vivre une relation harmonieuse, l’essentiel réside dans la capacité de l’un et de l’autre à laisser de l’espace de penser et de vie à l’autre. Il y a, bien sûr, des valeurs et des besoins incompatibles, mais c’est au couple de le décider. Les compromis sur le quotidien, c’est une chose. Mais tout ce qui nécessite de faire des compromis sur vos valeurs et vos besoins est un vrai poison pour les relations.


À force de faire des compromis, on perd un peu de soi. Et lorsqu’on se perd dans une relation, tôt ou tard, la sensation d’étouffer fait rage et finit par exploser d’une façon ou d’une autre. Si vos valeurs, vos besoins et/ou vos priorités sont mises en danger par des compromis que vous pensez devoir faire pour préserver, voire sauver, une relation quelle qu’elle soit, la pente peut devenir très glissante.


Questions à se poser


Voici quelques questions à vous poser avant d’accepter un compromis1 :

  • Est-ce que ce compromis atteint l’une de mes valeurs ?

  • Est-ce que ce compromis me convient à long terme ?

  • Est-ce que ce compromis me pousse à sacrifier une partie de moi/de mes envies/désirs/besoins ?

  • Est-ce que ce compromis en demande autant à l’un qu’à l’autre ?

  • Pourquoi suis-je tenté(e) d’accepter : pour faire plaisir à l’autre ? Pour être aimé(e) ?

Les réponses à ces questions devraient vous aider à accepter ou refuser un compromis qui vous en demande trop et qui finira, tôt ou tard, par faire partie de la liste des reproches, qui elle-même augmente les tensions relationnelles et font de votre vie un enfer. Les compromis, c’est bien, tant que tous les protagonistes sont respectés. Sinon, c’est le clash assuré. Aucune des parties ne doit pas se sentir lésée. Si c’est le cas, cela va donner lieu à des ruminations, à des idées sombres et à des reproches. Voie royale vers la désintégration d’une relation.

Pour résumer, si lors d’un compromis vous avez l’impression de renoncer à une part de vous-même, réfléchissez à deux fois. Cette partie de vous finira par ressurgir tôt ou tard avec la furieuse envie de renaître.


À la semaine prochaine.


Ce jeudi 17 mai sur Vivacité, émission de 13h à 14h30 sur le sujet : « Les compromis dans les relations ».


Suivez-moi sur FacebookCliquez vers mon site internet

1 Extrait de “Débarrassez-vous des relations toxiques”, Julie Arcoulin, Editions Idéo