Relations

C'est une tendance plus américaine qu'européenne de grignoter en regardant des films mais elle s'installe quand même dans nos canapés. Cette (drôle d') étude devrait alors intéresser les cinéphiles voraces qui aiment accompagner leur film de chips, pop corn ou chocolat.

Selon une étude de l’université américaine de Cornell, spécialiste des comportements alimentaires, les spectateurs mangent plus en regardant un film triste qu'une comédie.

Ils sont arivés à ces résultats à travers deux expériences qu'ils ont abondamment décortiquées. La première a mené 94 étudiants (57 femmes et 37 hommes) à regarder d'une part, le très triste Love Story (d'Arthur Hiller, 1971), et d'autre part, le très léger Fashion Victime (d'Andy Tennant, 2002). Pendant les projections, les cobayes avaient de quoi grignoter. « À la fin, les personnes avaient mangé 36 % de pop-corn de plus en regardant Love Story qu'en visionnant Fashion Victim », a expliqué au Daily Mail Brian Wansink, l’un des auteurs de l’étude.

De manière plus large, les chercheurs de Cornell ont étudié les comportements des spectateurs dans deux salles de cinéma, dans l'une était diffusé Solaris, drame de science-fiction, et dans l'autre Mariage à la grecque, une comédie romantique. Résultat : les personnes ayant visionné Solaris ont mangé deux fois plus de pop corn que les autres ! Conclusion : la compensation émotionnelle joue à plein. "On mange des choses que l'on aime pour contrebalancer la tristesse du film. Plus le film est triste, plus on mange de cochonneries, et plus on grossit », estime Brian Wansink.

Une autre étude des mêmes scientifiques a aussi démontré que les films d’action ont le même impact sur la consommation de nourriture mais avec un autre mécanisme : "Les gens semblent manger au rythme de la production", a déclaré Aner Tal, un autre chercheur.

Donc un amusante mais douce comédie romantique vaut mieux pour son poids qu'un film trépidant et triste... CQFD