Relations

Une nouvelle appli de rencontres vient d'arriver en Belgique. Once propose un "match" par jour servi sur votre smartphone, déterminé par des entremetteurs spécialisés qui sélectionnent la personne la plus à même de vous plaire. Objectif : rencontre sérieuse et qualité plutôt que quantitié.


Ce n'est pas une nouveauté : les rencontres en ligne ont le vent en poupe et tous les célibataires (et même les autres) ou presque en ont testé une variante une fois dans leur vie. Champion toute catégorie : Tinder, suivie de Happn, les applis géolocalisées qui permettent autant de matches qu'il y a de produits dans un supermarché. Dans la quantité des matchs, on trouve... de tout : des rencontres sérieuses mais aussi beaucoup beaucoup de coups d'un soir et tant de profils qu'on efface d'un coup de pouce frivole.

Les célibataires "vintage" continuent eux à fréquenter les sites en ligne. Moins rapides, plus années 2000 !

Les plus opiniâtress iront peut-être claquer quelques centaines (ou parfois milliers) d'euros dans les agences de rencontres, ces cabinets où l'on donne tout pouvoir à une conseillère qui fera le tri à votre place dans leur fichier bien replet (dans le meilleur des cas). Ce système "à la papa", s'il a le vent en poupe s'adresse tout de même à une certaine clientèle en ce qui concerne l'âge, le pouvoir d'achat et la catégorie socio-professionnelle.


125 000 utilisateurs en Belgique


Depuis le 10 février, une nouvelle appli est arrivée sur le marché belge. C'est un Français, Jean Meyer qui l'a peaufiné depuis des années. Son appli à télécharger sur smartphone a décidé de prendre le contre-pied de Tinder et son avalanche d'offres et a été zyeuter du côté des agences "matrimoniales" pour leur côté humain. Résultat : Once, qui veut dire "Une fois"

Once est une appli de dating qui a enregistré la plus forte croissance après Tinder depuis ses débuts en 2015. Son concept : un match"parfait" par jour. Pas 50, un seul. Et pour qu'il soit le plus pertinent possible, derrière les petits écrans des téléphones, feuilletant les profils des inscrits, il y a des hommes et des femmes, plus de 300 "match-makers" qui font le travail à votre place. "Les entremetteurs sont du pays, ils connaissent les us et coutumes, les populations, les tribus, les tendances...", énumère Jean Meyer.

L'appli compte plus de 4 millions d'utilisateurs en Angletere, en France, en Allemagne, en Autriche ou encore en Italie. Elle vient de se lancer le 10 février en Belgique mais compte déjà 125 000 utilisateurs touchés par les différentes campagnes des pays limitrophes.

Pourquoi ça marche ? "Parce que l'on a fait une application hautement romantique. On voulait donner une réponse à cette catégorie de plus en plus nombreuse de personnes qui veulent une relation sérieuse et qui ne peuvent pas la trouver dans la mer des sites et des app", reprend Jean Meyer. Cela dit, le boss l'affirme : "Je suis persuadé que l'on ne va pas remplacer Tinder ! Il y aura toujours des fast-food et des restaurants plus haut de gamme qui cohabiteront. Ici, c'est pareil : nous proposons des rencontres sérieuses et donc haut de gamme"

Once met aussi en avant le fait que l'appli n'est pas chronophage puisqu'on n'est pas toute sa journée ou soirée en train de scroller.


Une rencontre par 24h et quelques petites recherches perso si on veut

Le fondateur sait de quoi il parle. Cet ancien étudiant françaisa pousuivi des études en business à Columbia aux Etats-Unis. Il y a lancé "Date my School" entre 2005 et 2010, une sorte de love-facebook qui a cartonné sur le campus et a été dupliqué sur les autres ! Alors qu'il devait passer à la vitesse supérieure... Tinder est arrivé. "J'ai arrêté, c'était mort, la place était prise". De retour en France, il passe des mois à trouver les meilleurs développeurs possibles, les rassemblent presque 5 mois dans un appartement au milieu de la Bretagne à Fougères, ça ne s'invente pas ! Là... ils n'y a qu'une seule chose à faire : bosser sur les algorithmes, le marketing, les plans financiers, etc. pour faire naître Once.

Et le succès est au rendez-vous. Depuis 2015, des études ont été évidemment faites : 98% des personnes qui matchent échangent avant de décider de se voir ou pas. Et Once a décidé de ne pas faire dans le texte à tout-va : "Sur des écrans, il n'y a pas de secret, ce sont les photos qui attirent le regard, qui donnent un coup de coeur. on voit directement le style des gens à travers les photos et nos entremetteurs ont été formés pour décrypter tout ça : comment on est coiffé, quel style on a, le sourire qui fait craquer, les enfants, ou pas, entourés d'amis ou seul, ..." Des petits textes permettent de parfaire le profil des utilisateurs.

L'appli est gratuite mais propose aussi des fonctions premium payantes à l'aide de couronnes qui permet d'envoyer un message à quelqu'un qui ne fait pas partie des contacts ou même qui permet de briefer son propre match-maker pour être au plus près de ses désiderata. 

PS : Un match pour la Saint-Valentin, c'est encore possible !