Relations

Laura Smet et Laeticia Hallyday n'ont que 8 ans d'écart et leur relation a toujours été en dents de scie. Est-ce dû en partie à cette faible différence d'âge ? Et comment cela se passe-t-il dans les familles recomposées ? Les réponses de notre coach parentale, Nathalie Vancrayenest.


Le moins que l'on puisse écrire est que la relation entre Laeticia Hallyday et Laura Smet est des plus complexes. Tantôt, Laeticia appelle sa belle-fille "ma Laura" ou "ma chérie" par message et reçoit des coeurs de sa part en retour, tantôt elle se fait accuser par cette dernière d'avoir empêché son père de la voir plus souvent. Une relation tendue que peuvent vivre tous les enfants et beaux-parents. Et peut-être plus encore lorsque la différence d'âge n'est pas très importante entre la belle-mère et la fille ou entre le beau-père et le fils. Pour rappel, Laeticia et Laura n'ont que 8 ans d'écart. Nathalie Vancraeynest, coach parentale et scolaire, nous apporte son éclairage.


"C'est bien évidemment toujours difficile d'accepter l'arrivée d'une belle-mère puisqu'elle met fin au fantasme de l'enfant quant à la reconstruction du couple de ses parents", explique l'experte. Quand ça se passe mal, la belle-mère peut en effet être vue par l'enfant comme celle qui va empêcher ses parents de se remettre ensemble, celle qui accapare le père ou celle qui débarque dans leur vie en se permettant de donner des ordres. Inutile de dire que les choses doivent donc se faire en douceur. Encore plus lorsque la belle-mère a presque le même âge que les enfants. "Le problème dans ce cas-là est qu'il n'y a plus de différence générationnelle. C'est très difficile à vivre pour l'enfant et ce, peu importe son âge. Il va se dire 'mon père est amoureux de quelqu'un qui pourrait être ma copine'. Cette frontière de générations qui n'existe donc plus vraiment va rendre les choses assez floues. Le père risque d'être vu lui aussi comme un copain et plus comme un père étant donné qu'il sort avec une personne qui a plus ou moins les mêmes codes que ses enfants. Son autorité risque d'être elle aussi impactée."

Quelles sont les choses à faire et à ne pas faire?

La belle-mère peut avoir envie de s'imposer directement comme une figure à respecter et, pour ce faire, instaurer dès le début des nouvelles règles que les enfants devront suivre. C'est une très mauvaise idée. "Les familles recomposées, c'est un sujet difficile. La belle-mère ne doit surtout pas prendre trop de place dans l'éducation des enfants, au début du moins." Si la transition est mal faite, elle risque en effet d'entendre "tu n'es pas ma mère, tu n'as rien à dire".

Il est également très important de trouver le juste équilibre entre les enfants et la belle-mère. "Si l'enfant est convaincu qu'il voit moins son père depuis qu'il est avec sa belle-mère, il va y avoir une rivalité".

La clé est donc d'introduire le nouveau beau-parent de façon progressive dans la vie des enfants.

Selon l'experte, il faut aussi rappeler aux enfants qu'ils n'ont qu'un père et qu'une mère et que, jamais, la belle-mère ne remplacera leur mère. Surtout lorsque la nouvelle compagne est plus jeune, la maman risque de se braquer et d'entrer en conflit avec elle si elle tente d'incarner la nouvelle figure maternelle.

Pour conclure, l'experte conseille aux parents de parler à leurs enfants de l'arrivée d'une nouvelle personne dans leur vie et de ne jamais leur mentir !