Relations

La multitude de sites et applications de rencontres constitue plus un divertissement qu’une réelle recherche de l’âme sœur.

Tinder, Twoo, VictoriaMilan, RichMeetBeatiful, Nice People, Meetic, Elite Dating, Parship, Gleeden, Ashley Madison, Adopte Un Mec… Il existe, à l’heure actuelle, une centaine d’applications et sites de rencontres permettant de faire connaissance avec des personnes qui correspondent à nos critères (richesses, affinités, mêmes points en commun, relations extraconjugales, coups d’un soir…). Mais la multitude et le fait qu’on puisse passer d’un profil à un autre ne nuisent-elles pas à une vie sentimentale et sexuelle durable ? Le fait de pouvoir choisir un partenaire en un clic et aussitôt espérer trouver mieux après n’est-ce pas néfaste ? Nous avons posé la question à Sabrina Bauwens, sexologue.

Les applications et sites de rencontres actuels sont-ils vraiment efficaces pour trouver l’Amour ou est-ce devenu un pur divertissement ?

“Ils peuvent être utiles quand ils sont bien utilisés. L’envoi d’e-mail ou le fait d’initier une discussion sur les réseaux sociaux peuvent déboucher sur des relations durables, sur base de points communs, par exemple. Depuis une quinzaine d’années, on constate que les sites du genre se sont multipliés. Avant, les sites de rencontres laissaient peu de place aux photos, on devait écrire plus, se décrire davantage via des questionnaires… On pouvait se séduire par l’écrit avant de se voir. Aujourd’hui, on est plus dans l’immédiat. Il existe une multitude de sites, pour tous les profils… Il y a une foule de choix à l’heure actuelle. C’est accessible à tous. Les plus jeunes peuvent parfois y accéder. Il y a une quête de la performance immédiate. Il y a surconsommation de profils. C’est la génération Kleenex. Si la photo plaît, on clique; sinon, on zappe. Et ça devient plus un amusement qu’une réelle recherche d’une relation stable et épanouissante.”

Un divertissement qui peut rendre dépendant ?

“Oui, on va sur ces applications et sites pour passer le temps, dans les transports, entre deux rendez-vous.”

Aujourd’hui, des cours de drague existent pour certains jeunes, comme au Japon (voir ci-contre). Va-t-on voir venir des générations avec des lacunes au niveau des échanges sociaux et amoureux ?

“Si on revient aux débuts des sites, certains avaient été créés pour des timides, des personnes géographiquement éloignées qui se sentaient seules… Aujourd’hui, la multitude de sites et de profils et l’immédiateté peuvent créer une génération de personnes rencontrant des difficultés relationnelles. Ils n’ont plus l’éducation du contact, ne savent pas toujours comment bien se comporter avec le sexe opposé. Il faudrait revenir aux basiques : la politesse, le respect, les codes de bienséance… La pornographie, accessible à tous, a également joué un grand rôle dans ces manquements au niveau relationnel et sentimental.”