Cinéma Les affaires de harcèlement ont un énorme impact économique aux USA.

Harvey Weinstein ne dirige plus la société qui porte son nom, Brett Ratner a été écarté de ses derniers projets de production, Roy Price a démissionné de son poste de direction chez Amazon et Kevin Spacey a été viré de la série dans laquelle il occupait pourtant le rôle principal, House of Cards. On pourrait donc se dire qu’en matière de harcèlement sexuel à Hollywood, il existe une certaine justice, même si elle est appliquée, et c’est un euphémisme, à retardement.

Dans la réalité, le constat est quand même nettement plus nuancé. Pendant qu’Harvey Weinstein et Kevin Spacey se font douillettement soigner de leur addiction au sexe dans une clinique spécialisée, qu’on imagine plutôt cossue et particulièrement onéreuse, des milliers de techniciens et d’acteurs payés nettement moins grassement qu’eux, tremblent pour leur travail.

House of Cards figure en effet tout au sommet des séries les plus chères à tourner aux États-Unis. Les cinq premières saisons ont toutes été filmées dans la région de Baltimore. Avec énormémemt d’emplois locaux à la clef, dans la maintenance, les décors, l’alimentation ou l’hôtellerie. Autant de jobs qui vont être supprimés, puisque House of Cards est interrompue "indéfiniment", en attendant que les producteurs trouvent une nouvelle solution (remplacer Kevin Spacey par Kevin Smith, comme le réclament des milliers d’internautes via une pétition; tout recentrer autour de Claire Underwood si bien incarnée par Robin Wright; ou se lancer dans un spin-off).

Rien que pour la saison 4, 2.700 acteurs, techniciens et figurants provenaient de l’État du Maryland. Et les producteurs ont acheté des produits dans 2.000 commerces avoisinants.

Pour la cinquième saison , les données sont encore plus impressionnantes. 1.800 acteurs et membres de l’équipe technique venaient de la région. Et 1.750 entreprises ont bénéficié de retombées économiques grâce au tournage. Au total, cela représente 129 millions de dollars pour la seule économie de l’État du Maryland. Sans parler des 60 millions d’impôts encaissés ces cinq dernières années.

Une manne qui vient de disparaître, avec l’arrêt de la série. Tout cela, en raison du comportement ignoble d’un seul homme. Qui coûte des milliers d’emplois et des millions à la collectivité. On n’imagine pas toujours les répercussions d’un scandale.


Les projets abandonnés par Hollywood

D’autres films et séries connaissent le même sort que House of Cards.

Les équipes de House of Cards ne sont pas les seules réduites au chômage en raison des scandales sexuels. Plusieurs séries et longs métrages en subissent aussi les conséquences.

Game Change. Cela devait être un des événements sur HBO. Produite par Tom Hanks, la mini-série Game Change, basée sur le livre de Mark Halperin et John Heilemann, devait dévoiler les coulisses du combat présidentiel entre Hillary Clinton et Donald Trump. Il n’en sera finalement rien. Accusé par cinq femmes de palpations non désirées de leurs seins, Mark Halperin a reconnu les faits. En conséquence, le projet d’adaptation est abandonné.

Le biopic de Hugh Hefner. Playboy Enterprises et Warner Bros. avaient commandé à Brett Ratner une biographie de Hugh Hefner. Le projet n’est pas définitivement abandonné, mais le producteur en est écarté. Jared Leto, qui devait jouer le fondateur de Playboy, a aussi fait savoir qu’il ne tournerait pas dans un film impliquant Brett Ratner.

Guantanamo. Oliver Stone, qui avait initialement refusé de condamner Harvey Weinstein, a finalement décidé de laisser tomber leur projet commun sur la prison de Guantanamo.

La série de David O. Russell. Harvey Weinstein avait réuni 160 millions $ pour engager Julianne Moore et Robert De Niro dans une série du très coté réalisateur David O. Russel. Tout le monde a quitté le navire…

Amityville : the awakening. Le dernier film produit par Harvey Weinstein a rapporté… 742 $ aux USA. Il n’y a pas de mot pour décrire un tel flop.

Tout l’argent du monde. Le nouveau film de Ridley Scott a été viré du festival américain AFI. La raison : Kevin Spacey y tient un des rôles principaux.