Cinéma Alicia Vikander, légère, gracieuse et menue comme une danseuse, s’est transformée pour le rôle de Tomb Raider.

Quinze ans après la performance bondissante de Angelina Jolie dans Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie c’est au tour de la Suédoise Alicia Vikander d’enfiler le microshort et les rangers boueuses de l’une des héroïnes - issue des jeux vidéos - les plus bankable du cinéma. Née en 1996, notre archéologue britannique n’aura donc pas attendu le #metoo pour se faire respecter. Cela fait même exactement 22 ans que l’aventurière taille des croupières aux personnages les plus machos des vidéo-game. Entre un mawachi bien amorcé et un uppercut des familles, nous avons pu questionner la vikking-Vikander, accessoirement égérie de Vuitton.

Comment avez-vous réagi lorsqu’on vous a proposé de succéder à Angelina Jolie ?

"C’est le genre d’offre que vous ne pouvez pas refuser ! Mais c’est aussi un sacré challenge car il s’agit d’un personnage qui a marqué les esprits de toute une génération ! Ce que je redoutais le plus, ce n’est pas tant le challenge physique car je suis une ancienne danseuse. Non, ce qui m’angoissait le plus c’est de ne pas être en mesure de trouver la manière de bouger mon corps. Je ne voulais pas calquer Angelina Jolie et d’un autre côté, je me devais de reproduire une certaine gestuelle, une certaine présence ! Bref, il fallait à la fois que je renouvelle ce personnage, que je le modernise, sans pour autant le transformer profondément !"

Et comment vous vous y êtes prise pour remplir le débardeur ?

(...)