Cinéma Le grand plaisir d’Amanda Lear, qui double Edna Mode dans Les indestructibles 2 : jouer les méchantes, toujours bien mieux habillées que les héroïnes…

On n’interviewe pas Amanda Lear. On assiste à un show. L’esprit vif, le verbe haut, le sourire en coin, elle joue les serveuses ("C’est quoi ça, du whisky ? Ah non, du jus de pomme, ne rêvez pas…"), balance sans avoir l’air d’y toucher, fait preuve d’une logique irrésistible, se montre aussi insaisissable que son âge, bref, elle assure le spectacle. Tout en parvenant à placer des références à Edna Mode, la créatrice de mode snobinarde et hautaine qu’elle double à merveille dans Les Indestructibles 2.

"Quand j’ai fait le premier film, voici 14 ans, on attendait le second. Tous les deux ans, on sort L’âge de glace 2, Madagascar 3… Mais les années passaient et puis rien. Tout le monde me disait qu’Edna Mode, c’était mon meilleur rôle. Il a fallu attendre 14 ans pour avoir la suite. Je me suis dit : Pourvu qu’ils m’appellent. Comme c’est un personnage secondaire, il avait peut-être été supprimé. Mais en fait, non seulement Edna Mode est toujours là, mais en plus, ils l’ont fait évoluer puisqu’elle s’occupe du bébé. Du casting original, je suis la seule que Disney a gardée. Je dois dire que cela m’a fait plaisir. Et cela a confirmé qu’Edna Mode, c’est moi. Alors que je peux vous dire qu’Edna Mode, ce n’est pas du tout moi ! Physiquement, je ne lui ressemble pas, je ne parle pas comme elle, mais elle évolue dans le milieu de la mode (on m’y voit soi-disant beaucoup) et elle incarne un type de femme qui existe aujourd’hui dans la mode, odieuse, Mme je sais tout, mais aussi très sûre d’elle. Ce qu’elle dit, cela ne se discute pas. Elle est péremptoire. Cela existe de plus en plus. Et on me dit que cela correspond à mon caractère. C’est un peu ce qu’on me fait jouer au théâtre, alors que dans la vie, je ne suis pas comme ça : des femmes qui ont le verbe haut, ne se laissent pas faire, n’en ont rien à foutre de tout ce qui arrive. Et c’est un peu le personnage d’Edna Mode. Voilà."

(...)