Cinéma Patrick Bruel était à Bruxelles ce vendredi, pour l’avant-première de la comédie romantique Ange et Gabrielle.

"C’était amusant pour moi d’aller sur le terrain d’un type en apparence très sûr de lui, séducteur et qui a installé sa vie entre son super job, ses potes et ses aventures d’un soir", raconte le quinquagénaire Patrick Bruel, au sujet de son rôle d’Ange - inspiré d’Yves Montand - dans la comédie romantico-dramatique Ange et Gabrielle (en salles mercredi) . Jusqu’à l’arrivé de ce petit bout de femme qui vient mettre bordel de sa vie, vu que sa fille est enceinte de mon fils… dont je ne connaissais pas l’existence."

Un refus de paternité synonyme de refus de vieillir ?

"Un peu ou plutôt refus de l’engagement. Car je n’ai jamais associé le fait d’avoir un enfant (NdlR : il en a deux : Léon, 10 ans et Oscar, 12 ans) et de vieillir même si le temps passe beaucoup plus vite une fois qu’on a des enfants."

Y a-t-il un âge pour en avoir ?

"Non, mais il y a un âge pour ne plus en avoir. Soit on rencontre quelqu’un avec qui il se produit une évidence de partage et de vie et, dans ce cas, il est stupide de ne pas faire un enfant tout de suite car le temps perdu ne se rattrape pas. Sinon, on a aussi le droit de se donner le temps. Si on n’est pas sûr, faut pas le faire. Par contre, si avec une personne, on est sûr de vouloir des enfants quoi qu’il arrive - car même séparé, elle restera une bonne maman - alors faut y aller tout de suite !"

Un peu comme vous, qui avez trouvé la femme de votre vie.

"J’ai trouvé la mère de mes enfants dès que je l’ai rencontrée. Au bout de 12 heures, je savais que ce serait elle. Sur le moment, elle était la femme de ma vie, après plus. La passion dure toujours moins longtemps que ce que l’on voudrait. Mais ce n’est pas grave car elle reste la mère de mes enfants et ma meilleure amie. Quand je l’ai rencontrée, c’était une évidence !" ( et à cet instant précis, son ex-épouse Amanda Sthers, la mère de ses enfants - il vit aujourd’hui avec Caroline Nielsen - l’appelle sur son téléphone, un signe ?)

Souvent papa au cinéma (il tourne d’ailleurs en ce moment Un sac de billes à Prague) car papa poule dans la vie ?

"Oui, c’est pour ça que j’ai décroché le téléphone. La moitié de mon cerveau est toujours avec mes enfants. Je connais leur agenda par cœur. Passer à côté de ses enfants, ce serait dommage, et même une erreur à ne pas commettre. C’est un tel cadeau d’en avoir et de les voir grandir. La réussite d’une relation père-fils est la confiance et le dialogue. Tu as fait une grosse connerie ? Parle-moi, car dans cette société de repli sur soi, ne pas me parler, c’est ça la grosse connerie !"

D’homme à femmes, Patrick Bruel serait-il devenu un père modèle ?

"Je n’ai jamais été un homme à femmes, c’est une image qu’on me donne. J’ai eu ma période de célibataire ou de couple comme tout le monde. Mais c’est vrai que j’ai toujours adoré la compagnie des femmes. Je me sens bien avec leur fonctionnement, leur importance dans la société. Elles sont le garant d’énormément de valeurs. Dans quelques dizaines d’années, elles auront une place prépondérante dans ce qui est en train de faire basculer la société. En prenant l’exemple de la Tunisie, l’avenir va passer par les femmes."

Très souvent, il pense à Barbara

"On ne peut pas s’attaquer à une telle icône sans être conscient de la part de risque", confesse Patrick Bruel au sujet de son nouvel album - un pari osé mais réussi - en hommage à la Dame en Noir (premier single, Le Mal de vivre). Mais je l’ai évalué très en amont car Barbara fait partie de ma vie depuis mes 8 ans. Elle fait partie de mon enfance, de mon parcours, de mes troubles, de mes doutes et de mes secrets. Elle a été la voix rassurante." Et le chanteur sait de quoi il parle lui qui a été la voir à 15 reprises lors de chacun des spectacles de celle qui est décédée en 1997 à l’âge de 67 ans. "J’ai chanté Barbara toute ma vie sur scène." L’interprétation de Vienne,au lendemain de la marche de Charlie Hebdo avec un orchestre symphonique a été son déclic.

"Avant de me lancer dans un album, je me suis dit : on va voir si les chansons veulent de moi. Si on ne réussit pas l’Aigle Noir (qu’il a enregistré en une prise Ndlr.), on ne fera pas d’album. Car je fais partie des gardiens du temple, je ne supporte pas qu’on y touche ou qu’on l’abîme. Elle est tout pour moi. J’en suis encore tombé amoureux." Garant de la quintessence de l’artiste, Patrick Bruel désirait "la restituer avec respect mais avec audace. Sans audace, aucune raison de faire ce disque. J’en suis fier car, finalement, les chansons me ressemblent. C’est en les chantant que j’ai compris pourquoi elles m’avaient autant touché et qu’elle avait autant partagé des moments forts de ma vie. Un voyage intérieur d’une rareté inouïe."

La paternité, entre ange et démons

Ange et Gabrielle

Comédie romantique

Réalisée par ANNE GIAFFERI

Avec PATRICK BRUEL, ISABELLE CARRÉ, ALICE DE LENCQUESAING

Durée 1 h 31

Résumé Gabrielle élève seule sa fille de 17 ans, Claire. Laquelle est enceinte de Simon qui refuse de se voir imposer ce bébé. Gabrielle décide alors de prendre les choses en main et de demander de l’aide au père de ce dernier, Ange. Un père célibataire endurci, grand séducteur et qui n’a jamais assumé sa paternité. Cet Ange n’a même aucune intention de le faire… Une rencontre explosive entre deux caractères forts qui oscillera entre charme, détermination et quiproquos.

Notre Avis: 2 étoiles sur 5

Autant qu’un éléphant, ça trompe énormément, un enfant, ça change une vie. Adaptation de la pièce de théâtre de Murielle Magellan, Ange et Gabrielle est davantage tourné sur la paternité d’Ange envers son fils qu’il ne veut pas reconnaître que son histoire d’amour avec Gabrielle. Une version plus actuelle qui porte tout son sens dans la société d’aujourd’hui. Entre coup d’un soir, la fonction de père, les couches culottes et l’égoïsme au masculin, tous les questionnements de paternité (A quel âge faut-il être père ?) y passe. Pour le meilleur - des comédiens à fleur de peau - mais aussi pour le pire - on n’évite pas toujours les situations clichés et prévisibles. Mais une comédie romantique qui se laisse regarder. On se croirait un dimanche soir devant un téléfilm de France 2. Ah ben, ça tombe bien, la réalisatrice (F ais pas ci, fais pas çaou encore Des frères et des sœurs) est connue pour ce genre de (télé) film. P.-Y.P.