Cinéma

La chute du producteur hollywoodien Harvey Weinstein va marquer la fin des "hommes préhistoriques" qui s'en prennent aux femmes, a espéré mardi à Cannes la star britannique Catherine Zeta-Jones, à l'occasion de la première projection du téléfilm "Cocaine Godmother".

L'actrice a souhaité que ce scandale de harcèlement et d'agressions sexuelles marque "un tournant" dans la façon dont les femmes sont traitées, au delà de Hollywood, "dans tous les secteurs, institutions, écoles...".

"J'espère que ces gros vieux hommes préhistoriques qui pensent qu'ils peuvent s'en sortir tout en ayant ce genre de comportement font désormais partie d'une espèce disparue", a-t-elle dit lors d'une conférence de presse au Mipcom, le marché international des contenus audiovisuel.

La star, qui incarne une célèbre baronne de la drogue colombienne, Griselda Blanco, dans le téléfilm "Cocaine Godmother", a plaisanté sur la façon expéditive dont son personnage répond au sexisme de certains hommes, "en leur tirant une balle dans la tête".

Tout en se gardant de recommander une approche aussi radicale, Zeta-Jones a estimé que pour les femmes "l'égalité sur le lieu de travail reste un combat".

Le sexisme n'est pas "un problème cantonné à l'industrie du cinéma, du théâtre ou de la télévision", a insisté l'actrice de 48 ans. "En tant que femmes, on est sans arrêt accusées d'être trop ambitieuses. Les hommes ne le comprennent pas. On devrait être fières de faire montre d'ambition, et pas chercher à le cacher", dit elle.