Cinéma Après les Folies Bergères, Les Choristes envahiront Forest National le 9 décembre.

Au cinéma, Les Choristes c’est 20 millions d’entrées dans une cinquantaine de pays, deux César (sur 8 nominations) et deux nominations aux Oscars. Un succès colossal pour ce film familial qui se prolonge aujourd’hui avec un spectacle musical d’abord donné aux Folies Bergères, actuellement en tournée en France et qui débarquera à Forest National le 9 décembre prochain.

Près de 100.000 personnes ont déjà assisté aux représentations de cette comédie musicale où l’on croise toujours les personnages emblématiques que sont le pion Clément Mathieu, le jeune prodige du chant Morhange et Rachin, le directeur du sinistre internat du Fond de l’étang. Mais n’allez pas parler à Christophe Barratier d’adaptation de son film pour la scène, il pourrait prendre la mouche. "Ce n’est pas une simple photocopie du scénario décliné sur scène, explique-t-il. Je me suis aperçu qu’il y avait là tous les éléments pouvant être transposés en spectacle vivant. C’était tellement évident que j’avais l’impression que le spectacle est à l’origine du film. On a retravaillé des scènes pour le spectacle et je trouve qu’elles sont meilleures. Ça me donne envie de refaire le film à partir du spectacle. Mais pas une suite parce que c’est impossible à faire. L’histoire ne peut pas se prolonger. Clément Mathieu est un musicien raté et, à la fin, il découvre que ce n’est pas tant la musique qui lui manquait que d’avoir quelqu’un auprès de lui. Donc, il adopte un enfant."

Si la trame de l’histoire reste la même et la charte visuelle conforme grâce aux décors, quelques personnages ont disparu - celui incarné par Kad Merad, notamment -, tandis que d’autres bénéficient de plus de place dans le spectacle. "Je me suis reconcentré sur les personnages principaux" , explique Christophe Barratier. Le tyrannique Rachin en fait partie.

"Mais ce qui change vraiment tout, explique celui qui signe la mise en scène, c’est que les enfants sont devant nous. Et quand ils chantent Vois sur ton chemin, ce n’est plus le disque qu’on entend mais bien une réinterprétation qui a lieu tous les soirs avec des enfants différents. À chaque fois, ce morceau prend une couleur différente." Au total, 3 distributions de 15 enfants chacune se partagent les dates de la tournée. Un vrai casse-tête pour la production (lire ci-dessous).

Autre nouveauté : les comédiens adultes chantent également, ce qui n’était pas le cas dans le film. De nouvelles chansons ont donc été écrites pour leurs rôles respectifs. Mais pas question pour eux de les interpréter à la façon des ténors ! "Ce serait ridicule de faire chanter les chansons de Clément Mathieu par quelqu’un comme Roberto Alagna parce qu’on ne comprendrait pas la fragilité du personnage. Il faut faire comprendre que la voix de Morhange, c’est celle qu’il aurait voulu avoir" , commente Christophe Barratier.

Vous l’aurez compris, Les Choristes s’offrent une nouvelle vie, indépendante de celle du film qui a fait leur succès.

"Je ne savais pas qui était Beyoncé"

La scène remonte à 2005, lors de la cérémonie de remise des Oscars. Ce soir-là, Beyoncé interprète les 5 chansons candidates à une des prestigieuses statuettes. Parmi celles-ci figure la bande originale des Choristes . Queen B s‘avance, entourée d’enfants, et chante - en français ! - Vois sur ton chemin . Avouons-le, 12 ans plus tard, on en est encore baba.

Christophe Barratier, lui, avoue ne pas avoir pris la mesure de l’événement. "À l’époque, je ne me suis pas rendu compte de ce que ça représentait. En 2005, je ne savais pas qui était Beyoncé… dit-il. Les gens me demandent si je me suis rendu compte de l’accent qu’elle avait (il faut en effet être très attentif pour comprendre les paroles, NdlR.). Mais qu’est-ce que je m’en foutais. Cette chanson, je l’avais écrite deux ans auparavant, en deux heures, sur un coin de table. Si on m’avait dit qu’un jour elle serait chantée aux Oscars, je n’y aurais pas cru un instant. Pourtant, ça a eu lieu. Et ça, on ne peut pas le faire exprès. Il s’est passé une alchimie. Est-ce le film qui a porté la chanson ? Peut-être que sans, elle n’aurait pas marché. Toute seule, elle ne voulait rien dire." Et le réalisateur-metteur en scène de conclure : "ce sont les astres qui se sont retrouvés alignés au bon moment, c’est tout."

On ne plaisante pas avec le travail des enfants

Les Choristes ne seraient pas les Choristes sans les enfants qui chantent. Il en va du film comme du spectacle. Mais travailler avec des enfants, c’est bien plus contraignant qu’avec des comédiens adultes. "D’un point de vue administratif, c’est un cauchemar" , explique Christophe Barratier qui, heureusement, a pu puiser dans la Maîtrise des Hauts-de-Seine - le chœur d’enfants de l’Opéra de Paris, le plus grand de France - les voix nécessaires pour son spectacle. "Il y avait là 200 enfants en scolarité qui chantent déjà à l’opéra. Leurs dossiers étaient donc déjà connus des services sociaux. C’est une chance parce que si j’avais dû démarrer de zéro, je ne m’en sortais pas."

Car en matière de travail des jeunes, on ne badine pas avec la réglementation. "Avec les enfants, quand on termine le travail à 17 h, c’est 17 h et pas 17 h 02 ! Jamais ! explique le metteur en scène. Car au moindre contrôle de la Dass (Service de la protection de la jeunesse), même si un enfant a voulu rester dans la salle pour écouter ses copains, ce dépassement serait considéré comme du travail. Et si c’est le cas, tout est fini. Il n’y aurait plus de spectacle et la tournée s’arrêterait."