Cinéma Il s'agit d'un faux documentaire sur un chanteur ringardisé, Guy.

Un caméléon. Qui se fond dans son environnement. Assis tranquillement à une table en train de siroter un café, Alex Lutz passe totalement inaperçu. Et pourtant, ça grouille de journalistes autour de lui. Sans ses déguisements de Catherine (la complice de Liliane pour disséquer la presse people), de Fantasio ou de Robert de Montmirail, difficile de le reconnaître. Et ce n’est pas Guy, sa deuxième (et formidable) réalisation qui va améliorer la situation. Dans ce faux documentaire, il campe en effet un vieux chanteur désormais oublié des radios mais dont les chansons d’amour font toujours frissonner les admiratrices tout aussi ridées que lui.

"Le cinéma, c’est un travail de masques, de marionnettes, comme au théâtre, mais il faut y mettre de soi, sa sincérité, ses errements, de ses questions, ses doutes, explique-t-il.

(...)