Cinéma Et une cyber-rançon de plus : des hackers font chanter Disney en menaçant de diffuser le nouveau Pirates des Caraïbes !

Pirates des Caraïbes 5… piraté ? Le calembour ne fait en tout cas absolument pas rire Bob Iger, le grand manitou de Disney.

Dans une semaine décidément fortement marquée par la cyber-rançon (le crypto ransomware WannaCry a pour rappel infecté quelque 300.000 ordinateurs depuis vendredi dernier), c’est désormais la firme aux grandes oreilles qui serait victime d’une attaque informatique, assortie d’une rançon.

Selon les révélations des médias spécialisés américains, des hackers auraient réussi à mettre la main sur l’intégralité d’une sortie ciné majeure de la Walt Disney Company. La demande de rançon pour ne pas diffuser le film sur la Toile serait "énorme", et à régler en bitcoins, monnaie virtuelle à la traçabilité complexe.

Le patron de la Walt Disney Company, Bob Iger, a en tout cas avoué lundi à ses employés que des pirates informatiques avaient réussi à voler un film inédit, relate The Hollywood Reporter. Il n’a toutefois pas révélé quel film aurait été volé. L’agenda (le blockbuster sort mercredi prochain, le 24 mai) et l’importance commerciale du nouvel opus de Pirates des Caraïbes, intitulé La Vengeance de Salazar, font évidemment se tourner tous les regards sur ce film, marquant le retour de Johnny Depp sous les traits de l’inénarrable capitaine Jack Sparrow… Même si le nouveau Cars a également été cité ci et là.

The Weekly, qui évoque de nombreuses sources anonymes sur une affaire que Disney n’a pas souhaité officialiser, affirme que Disney collabore avec la police fédérale et est à l’affût de toute fuite du film, alors que les hackers menacent de diffuser tout à tour les cinq première minutes, puis des tranches de 20 minutes du film.

En toute logique, au même titre qu’il est conseillé aux particuliers de ne jamais payer s’ils sont victimes de ransomware, Disney a marqué son intention de ne pas céder au chantage et donc de ne pas payer. Reste qu’une sortie préalable du film sur la Toile, à une semaine de sa sortie en salles, handicaperait évidemment le début de la carrière commerciale d’un film issu d’une saga ayant déjà rapporté plus de 3,7 milliards de dollars…

Le précédent Netflix

Disney n’est pas le seul producteur et distributeur touché par le fléau du piratage avant sortie : Netflix, le titan de la SVOD, avait lui aussi été hacké il y a quelques mois. Les pirates avaient alors diffusé les dix nouveaux épisodes de la série à succès Orange is the New Black sur Internet, avant l’entame de la diffusion officielle de la série sur Netflix.