Cinéma

"15 ans et demi", Par les auteurs de La beuze


BRUXELLES Un savant sur lequel veille en personne le fantôme d’Albert Einstein (!) est de retour en France après une quinzaine d’années d’absence. C’est juste l’âge de sa fille Eglantine qu’il n’a donc jamais connue. Rattraper le temps perdu n’est pourtant pas chose aisée, surtout par les temps qui courent. Le papa va devoir se mettre à la page des ados d’aujourd’hui. Il va pouvoir compter sur l’aide d’un beau-frère dont la méthode, pas scientifique pour un sou, révèle une certaine efficacité…

Après La beuze et Les onze commandements, le duo François Desagnat/Thomas Sorriaux est de retour avec une comédie plus sentimentale, nettement moins déjantée mais finalement plus ambitieuse, puisque Daniel Auteuil figure en tête d’affiche. C’est lui qui incarne le père déboussolé face à la pétillante Juliette Lamboley, choisie parmi un demi-millier de concurrentes. Le film, assurément, mise beaucoup sur un casting où l’on retrouve notamment François Berléand (Einstein), François Damiens et des figures des dernières Star Academy et Nouvelle Star tels Benjamin Siksou et Maud Verdeyen.

L’idée de confronter les points de vue sur plusieurs axes est originale en soi. 15 ans et demi adopte d’un bout à l’autre un rythme frais et joyeux. L’ouvrage n’évite toutefois pas les clichés sur l’adolescence, et sombre parfois dans la lourdeur d’un didactisme primaire.
En fin de compte, les bons moments du film rachètent en partie ses défauts.

© La Dernière Heure 2008