Cinéma

Cannes, 1995. Jeanne Moreau préside le jury du prestigieux Festival, vingt ans après son premier mandat (elle reste la seule à avoir reçu ce privilège après 1960). Au beau milieu de la cérémonie d'ouverture, un ange passe. Il s'appelle Vanessa Paradis.

Invitée à chanter "Le tourbillon de la vie", chanson phare du chef-d'oeuvre de François Truffaut "Jules et Jim", la jeune femme de vingt-trois ans entonne les premières paroles, s'avance vers l'icône, qui accompagne finalement celle qui lui donnera la réplique deux ans plus tard dans le dispensable "Un amour de sorcière".

Si le film de René Manzor se révèle être un échec tant commercial que critique, la rencontre sur la scène du Palais des Festivals revêt une magie rarement atteinte lors de cérémonies parfois bien trop pompeuses.

"Il y a eu quelque chose de tellement magique", se remémore Vanessa Paradis sur le site Metronews, lors de la conférence de presse du jury de l'édition 2016. "On ne savait pas ce que Jeanne Moreau allait faire mais elle ne m’a pas quittée du regard et pendant un instant, j’ai oublié toute la salle et j’ai chanté la chanson avec elle en la regardant dans les yeux. Vingt ans après j’en ai encore des frissons."

L'éternelle Elisa n'est pas la seule...