Cinéma

La société de production et de distribution de films de Luc Besson, EuropaCorp, a été condamnée par le conseil des prud'hommes de Paris à verser près de 700.000 euros à Pierre-Ange Le Pogam, ancien numéro 2 du groupe, a-t-on appris lundi de source proche du dossier.

Malgré cette victoire, M. Le Pogam qui a obtenu un peu plus de la moitié de ce qu'il réclamait a décidé de faire appel, selon un avis de déclaration daté du 8 août dernier adressé à EuropaCorp, dont l'AFP a obtenu une copie.

Le 24 juin, les prud'hommes ont estimé que l'ancien associé du réalisateur avait été licencié sans "motif réel ni sérieux" car "la faute lourde" évoquée par Europacorp "n'est pas établie", selon le jugement révélé par la chaîne de télévision BFM TV sur son site internet.

En conséquence, le producteur des films à succès "Taxi" et "Le Cinquième élément" a été condamné à lui verser 692.389 euros, dont 221.795 euros de dommages et intérêts.

Sollicitée par l'AFP, EuropaCorp n'a pas souhaité faire de commentaire.

Selon la source, "cette décision semble convenir aux dirigeants d'EuropaCorp" car, explique-t-elle, le montant alloué à M. Le Pogam est inférieur à ce qu'il réclamait.

Le groupe du réalisateur du Grand Bleu avait en effet passé dans ses comptes une provision d'un montant plus important que celui qu'il devra finalement débourser, selon BFM TV.

L'ancien bras droit de Luc Besson, qui avait cofondé la société en 2000, demandait 1,34 million d'euros à Europacorp, qui lui réclamait de son côté 2,35 millions au titre de dommages et intérêts.

EuropaCorp accusait M. Le Pogam entre autres de "dénigrement public" et de non respect de la clause de non concurrence après que celui-ci eut monté sa propre société de production, Stone Angels, mi-mars 2011, un mois après son licenciement.

Selon le groupe dionysien, les trois premiers films sur lesquels a travaillé Stone Angels (Cosmopolis, Les chevaux de Dieu et Grace de Monaco) "étaient des projets initiés dans le cadre d'EuropaCorp, mais finalisés dans le cadre de Stone Angels".

Mais les prud'hommes ont rejeté ces arguments: "il n'est apporté aucune preuve accréditant le fait que M. Le Pogam aurait entamé des démarches visant à créer une société concurrente à EuropaCorp".

Les raisons de l'appel de M. Le Pogam ne sont pas précisées dans l'avis si ce n'est qu'il a décidé de faire un "appel général" de la décision. Les deux parties seront "ultérieurement" convoquées devant la chambre sociale de la cour d'appel de Paris, est-il indiqué sans autre détail.

M. Le Pogam n'était pas joignable lundi.

Le départ de Pierre-Ange Le Pogam, actionnaire et membre de l'équipe dirigeante d'EuropaCorp, avait surpris au vu de sa collaboration de longue date avec Luc Besson.

Son départ du conseil d'administration, intervenu fin 2010 mais officialisé seulement début 2011, était intervenu alors que le studio traversait des difficultés financières.

Europacorp a enregistré deux années de pertes avant de retrouver l'équilibre lors de l'exercice 2011-2012 en poursuivant une stratégie de diversification de ses activités.