Cinéma

À l'occasion de la sortie DVD, Ben Burtt, bruiteur, raconte la création de la bande-son du film

SAN FRANCISCO Dans l'univers de Wall-E, la place laissée aux sons est énorme. À l'intérieur de ce film où les dialogues sont parfois absents, les moindres bruitages donnent tout leur sens aux images. Derrière tous ces sons, on retrouve un seul homme, Ben Burtt.

À 60 ans, il n'a plus rien à prouver et son CV est impressionnant. Il s'est occupé des bruitages d'Indiana Jones mais aussi, et surtout, de Star Wars !

Même s'il avoue qu'il en avait un peu marre des robots, Ben Burtt a rapidement accepté de travailler sur le projet Wall-E. "C'est génial car vous avez un monde entier de sons à créer. Vous inventez l'ambiance mais aussi le son de ses pas, de sa voix. Nous avons créé plus de 2.600 sons ! Le film n'est presque pas verbal, il y a beaucoup de musique, de sons différents. Et ce sont eux qui amènent la trame. Il a fallu trois ans de travail."

Très inventif, Ben Burtt avoue que beaucoup de sons sont le résultat d'accidents ! "Les gens pensent que tout est créé par ordinateur, pas spécialement." Et pour le prouver, Ben joint le geste à la parole dans l'auditorium de Pixar. Pour imiter le bruit du vent, il se met à tirer sur un tapis un lourd sac de sable. Le résultat est bluffant.

Entraîné par son enthousiasme, il sort ensuite de son sac un vieux générateur dont il faut encore tourner la manivelle. "Je l'ai acheté sur eBay ! Grâce à lui, j'ai créé le bruit lorsque Wall-E fait des mouvements très lents. Et j'ai trouvé un autre générateur, d'un avion, pour ses mouvements plus rapides."

Mais pourquoi était-il lassé de travailler sur des projets mettant en scène des robots ? "Après Star Wars, je me suis dit que j'en avais assez fait, mais la vie en a décidé autrement ! Et j'avais besoin d'un job comme tout le monde. Ici, le film raconte aussi une romance à travers les sons, je voulais donc vraiment le faire."

Ben Burtt avoue que le bruit le plus délicat à inventer est celui de la voix des personnages. "C'est le plus difficile car c'est aux voix que le public est le plus attentif."

Enfin, grâce à Wall-E, son métier est reconnu à sa juste valeur. "Je suis flatté car les sons font partie de l'arrière-scène et le public y fait rarement attention. Mais dans Wall-E, ils ont un grand rôle. C'est important que les gens découvrent ce monde."



© La Dernière Heure 2009