Cinéma

Jean-Pierre Mocky a annoncé jeudi, lors de la conférence de presse de lancement de la 11e édition du Festival international du film policier de Liège, qu'il cédait la présidence en raison de son état de santé. Immobilisé dans une chaise roulante en raison d'une jambe cassée, le réalisateur français a déclaré qu'il devait rentrer au pays mais qu'il avait tenu à être présent pour son lancement "afin d'honorer ce grand festival organisé dans une ville de cinéma". C'est Véronique Jannot, qui s'était récemment ajoutée à la liste des jurés, qui officiera en tant que présidente. Avant de prendre congé de Liège, Jean-Pierre Mocky a cependant tenu à rappeler que le film policier, dont il a dirigé une vingtaine du genre, permet aux réalisateurs de traiter des sujets ayant trait "à la politique, à la corruption et qui véhiculent des idées fortes sur la société. C'est pour cette raison que j'adore cette thématique".

Le cinéaste français reviendra en novembre prochain à Liège "pour deux semaines de tournage afin d'adapter le Gorille, livre écrit par le Liégeois Tony Cavaleri", a-t-il également annoncé. "On en profitera pour rénover, revisiter le style des films de gangsters".

Malgré ce contretemps de dernière minute, le festival se présente sous les meilleurs auspices, a déclaré Cédric Monnoye, directeur du FIFPL. "Les premières représentations ont fait salle comble. Le succès de foule est déjà acquis. Même au-delà de nos espérances", s'est-il réjouit.

Huit films sont en compétition officielle. De nombreuses autres productions rivalisent quant à elles dans des catégories annexes. De très nombreuses animations sont par ailleurs prévues jusque dimanche soir au centre de Liège.