Cinéma Les créateurs de l’émission culte Strip-tease sur la RTBF viennent de sortir la première bande-annonce de leur film documentaire.

Plus de trente ans après sa naissance en 1985, Strip-tease - qui traite de sujets pris dans les faits de société - va connaître sa version grand format sur grand écran. "Enfin un film !" débute ainsi la bande-annonce qui annonce justement que "ceci n’est pas un film, c’est pire !"

Aux commandes de ce film ? Deux des trois fondateurs du programme de la RTBF, Jean Libon et Yves Hinant. Pour un documentaire qui met en scène Anne Gruwez, la juge d’instruction du parquet de Bruxelles, déjà vue dans Le Flic, la Juge et l’Assassin ou encore Madame la juge. Un personnage à elle seule et qui n’a pas changé au fil des années vu les premières images du documentaire. "Si vous vous écartez, si vous me trahissez, alors je peux vous jurer que la prison, ce n’est rien à côté de moi !"

Ni juge, ni soumise

Après un tournage qui a duré plus de trois ans, le film verra donc enfin le jour en février prochain. Son titre ? Ni juge, ni soumise, en clin d’œil au mouvement féminin français Ni putes ni soumises, qui avait vu le jour suite aux marches organisées contre les violences dans les quartiers. Ni juge, ni soumise… et pour cause ! Anne Gruwez est non seulement une personnalité excentrique de notre système judiciaire belge ("je n’ai pas l’air mais j’ai pris des cours de self-défense, je suis capable de vous plaquer au sol !") mais elle enquête aussi sur une affaire vieille de 20 ans. À savoir le meurtre de deux prostituées, Yolanda et Nicole, dans un quartier chic de Bruxelles. Un double homicide qu’elle va tenter d’élucider avec de nouvelles techniques d’analyse qui permettent d’obtenir des informations sur un préservatif contenant six ADN différents. "Qu’est-ce qu’il y a moyen de faire avec vous ?", balance-t-elle dans la bande-annonce à un accusé. "J’ai fait le calcul. En prison, ça coûte 150 euros par jour, c’est une fortune… En fait, ce qu’il y a de moins cher c’est que vous mouriez tout de suite !"

Bref, tous les ingrédients qui ont fait le succès télé de Strip-tease sont là : son mythique générique, le quotidien de madame la juge (qui se balade au volant de sa Citroën 2 CV) entre escroqueries, violence domestique ou meurtre d’enfant, et un style narratif propre aux épisodes de jadis. Soit sans aucune préparation préalable et sans scénario. Un film déjà culte ?