Cinéma

L3-37, doublé par Phoebe Waller-Bridge, le premier robot féminin de Star Wars, est aussi le plus intriguant.

À moins d’être un téléspectateur assidu de Broadchurch, il est peu probable d’avoir jamais entendu parler de Phoebe Waller-Bridge. Mais les fans de Star Wars ne sont pas prêts d’oublier cette Londonienne de 32 ans. Elle double en effet le personnage le plus intriguant, amusant et surtout intéressant de Solo : A Star Wars Story, à savoir la droïde L3-37.

Le tout premier robot féminin de la saga s’inscrit pleinement dans le mouvement #MeToo. Féministe jusqu’au bout des circuits électriques, c’est aussi une révolutionnaire dans l’âme, prête à se sacrifier pour libérer ses frères en tôle. Adepte du franc-parler à la limite de l’impolitesse, elle pousse l’originalité jusqu’à tomber amoureuse de Lando, le propriétaire du Faucon Millénium dont elle est à la fois l’assistante et la copilote.

"Elle se révèle durant le film, explique-t-elle. C’est une guerrière d’instinct, très attachée à la justice. Elle veut donc libérer les autres droïdes et réclame l’égalité pour eux. Sa vision dépasse donc largement son propre rôle. Et c’est formidable. Au moment où elle démarre la révolte, elle se réveille littéralement pour découvrir sa vraie nature, celle d’une révolutionnaire. Au début, elle ne pensait qu’à elle-même, alors qu’après, elle se trouve à l’initiative d’un vrai changement. C’est la Che Guevara des droïdes !"

La nouveauté s’imposait d’elle-même pour elle puisqu’elle ne connaissait rien de l’univers Star Wars ! "Je n’avais vu aucun film. Et je crois que d’une certaine façon, cela m’a aidée lors de mon audition. Je n’avais pas d’idées préconçues, je n’essayais pas de me raccrocher à quelque chose de connu. J’ai donc trouvé tous les personnages extraordinaires en les découvrant (rire)." Elle n’est pas la seule.