Cinéma La ville belge a accueilli les équipes du tournage du film Kursk avec Colin Firth, Léa Seydoux et Matthias Schoenaerts.

Il y avait du mouvement ces derniers jours dans la métropole carolo. Après s’être installées à l’église orthodoxe de Péronnes-lez-Binche et au port d’Anvers, les équipes de Kursk, film produit par la société de production de Luc Besson Europacorp, y ont posé leurs valises afin de tourner, ce lundi 17 juillet de 8 h à 22 h, deux scènes : l’une autour de Charleroi Expos (le lieu-dit Fer à Cheval situé en bas de la rampe du parking principal) et l’autre aux Casernes Trésignies.

Le long-métrage, réalisé par le Danois Thomas Vinterberg (Festen), a transformé, le temps d’une journée, la ville, que l’on surnommait anciennement le Pays noir, en Russie des années 2000. Le réalisateur a en effet pour objectif de porter à l’écran la tragédie du K-141 Kursk (Koursk), le sous-marin russe qui a fait perdre la vie à 118 hommes d’équipage au large de la mer de Barents, le 12 août 2000. Plusieurs anciennes voitures russes étaient donc de sortie... "On a choisi l’Europe car c’était bien trop compliqué de tourner en Russie", a communiqué Laurent Hanon, directeur de la production, sur le site de la ville de Charleroi.

Un casting prestigieux

Cette grande production dispose également d’un casting impressionnant, rassemblant Colin Firth (Le Discours d’un roi, Le Journal de Bridget Jones), Léa Seydoux (La Vie d’Adèle, 007 Spectre) et le Belge Matthias Schoenaerts (De rouille et d’os). Si les Carolos n’ont malheureusement pas pu voir les deux acteurs à l’œuvre, les plus chanceux ont peut-être eu l’occasion d’apercevoir la belle Léa Seydoux, seule actrice principale à s’être déplacée jusqu’à Charleroi, ce lundi. "En se baladant, on a vu un autocar bleu avec des inscriptions en russe mais il était assez difficile d’apercevoir les acteurs sur la scène de tournage", nous explique Marylène, Carolorégienne de 56 ans.

Pourquoi Charleroi ?

"Nombreux sont les longs-métrages tournés chaque année à Charleroi", nous informe le site de la Ville qui précise qu’en 2015, pas moins de "10 tournages ont été acceptés" dans les rues carolos. "Il y a un potentiel incroyable à Charleroi; il n’y a qu’à se baisser pour ramasser; et puis les gens sont formidables; il y a ici de nombreux endroits cinématogéniques", y confiait d’ailleurs Luc Noorbergen, chargé de repérer les lieux susceptibles de devenir des décors de tournage.

Ce mardi 18 juillet, les équipes de tournage avaient déjà mis les voiles pour tourner les dernières scènes de ce film que les spectateurs pourront découvrir dans les salles obscures début 2018.