Cinéma La culture, c’est ce qu’il reste quand on a tout oublié. La famille, c’est ce qu’il reste quand il n’y a plus personne. Cette maxime, la réalisatrice Cécilia Rouaud ( Je me suis fait tout petit ) l’illustre élégamment avec Photo de famille , une intrusion tout en finesse et en humour tendre dans une parentèle assez distendue.

En fait, chacun vit dans son coin, trop absorbé par ses propres problèmes. Elsa (Camille Cottin) est obsédée par l’enfant qu’elle n’arrive pas à avoir, Mao (Pierre Deladonchamps) passe son temps chez sa psy pour tenter de passer outre son incapacité à nouer des relations sociales et Gabrielle (Vanessa Paradis), qui a tout sacrifié pour son fils, ne parvient pas à le convaincre de rester vivre avec elle plutôt qu’avec son père. Et pas question de compter sur leurs parents divorcés et en dispute (Chantal Lauby en psy qui n’écoute jamais ses enfants et Jean-Pierre Bacri en père incapable de communiquer, plus préoccupé par ses maîtresses que sa progéniture) pour les aider.

(...)